La colonie "Dignidad"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La colonie "Dignidad"

Message par Invité le Dim 25 Avr - 20:52

http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Sch%C3%A4fer

help me , 6clopes : mon ordi flanche ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Paul Schäfer Schneider

Message par 6clopes le Lun 26 Avr - 13:07

Paul Schäfer Schneider, né le 4 décembre 1921 à Troisdorf (Allemagne) et mort le 24 avril 2010 à Santiago du Chili1) était le fondateur au Chili de la Colonie Dignidad, une structure agricole sectaire et recluse composée principalement d'expatriés allemands qu'il dirigeait et au sein de laquelle il commettait de nombreux sévices sexuels contre des enfants. En outre la colonie servait pendant la dictature à détenir et torturer des personnes arrêtées par la DINA, la police politique du régime.

En Allemagne

Pendant la Seconde Guerre mondiale Paul Schäfer exerce le rôle de brancardier et finit la guerre avec le grade de caporal. Il devient pasteur luthérien et crée une église évangélique à laquelle il adjoint une « maison de jeunes », prétendument destinée à accueillir les orphelins de guerre.

Au Chili

En 1961 il fuit l'Allemagne, où il était recherché pour abus et corruption de mineurs, et se réfugia au Chili. Il fonda, en compagnie de 70 adeptes, la Colonia Dignidad, à 350 km au sud de Santiago du Chili, qui comprend essentiellement des personnes d'origine allemande qui deviendra une planque pour ex-dignitaires nazis et un véritable « État dans l'État », selon un rapport d'investigation du Congrès chilien.

Il se faisait alors appeler par ses fidèles « el tio permanente », l'oncle permanent : il décide des unions, du droit des couples à avoir des enfants, et s'octroie parfois le droit de leur enlever leur progéniture. Ami du général Pinochet, suite à son soutien au coup d'État militaire de 1973, il n'est jamais inquiété pour ses actes.

Transition démocratique

En 1991, après la transition chilienne vers la démocratie, la colonie perd son statut d'association caritative. Rebaptisée « Villa Bavaria », elle a continué à fonctionner en autarcie avec quelque 300 habitants occupant 13000 hectares2, coupé du monde par une clôture, des barbelés et un mirador. Les adeptes cultivant leurs terres et ayant leur propre hôpital, école, barrage hydro-électrique, deux pistes d'atterrissage ainsi que des intérêts financiers dans de nombreuses entreprises.

En 1996, accusé par un mineur qui dépose plainte pour abus sexuel, puis par d'autres, Paul Schäfer s'enfuit le 20 mai 1997. Il est condamné par contumace pour pédophilie au Chili et accusé de tortures pendant la dictature d'Augusto Pinochet entre 1973 et 1990 ainsi que de fraude fiscale. Interpol lance un mandat d'arrêt international à son encontre.

Le magistrat français Roger Le Loire a déposé en octobre 2001 un mandat d'arrêt international via Interpol contre Manuel Contreras, le chef de la DINA, Paul Schäfer, pour le kidnapping et la torture du militant du MIR Claudet Fernandez.

Le 10 mars 2005 il est arrêté en Argentine près de Buenos Aires et est extradé le 13 mars 2005 en direction de Santiago. Il est également réclamé par les justices allemande et française.

Le 24 mai 2006, il est condamné à 20 ans de réclusion. Il meurt de problèmes cardiaques, le 24 avril 2010, dans l'hôpital de la prison où il purgeait sa peine2.

6clopes

Messages : 1552
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Colonie Dignidad

Message par 6clopes le Lun 26 Avr - 13:09

La colonie Dignidad est une colonie agricole recluse et sectaire qui est fondée au Chili en 1961 par des expatriés allemands dont notamment Paul Schäfer (ou Schaefer), brancardier de la Wehrmacht, condamné plus tard pour abus sexuels contre des mineurs. Pendant la dictature, la colonie aide la police politique qui y emprisonne et torture des opposants. En 1991, elle perd son statut protégé et devient la Villa Baviera.

Schäfer avait déjà été, dans la jeune RFA, le fondateur d'un établissement destiné aux orphelins de guerre. Œuvre louable en apparence mais qui avait fini par attirer l'attention de la justice en raison de plusieurs plaintes révélant la pédophilie de Schäfer. Néanmoins, ce dernier parvient, non seulement à échapper aux poursuites en s'exilant au Chili mais, de surcroît, à se voir attribuer, par les autorités chiliennes, un territoire de 3000 ha au sud de Santiago. Territoire sur lequel il est censé reproduire son action "caritative" auprès des populations déshéritées de la région. C'est ainsi que naît la Colonie Dignidad.

La Colonie Dignidad étend son territoire et constitue, en plein territoire chilien, une enclave hermétique mais néanmoins prospère de plusieurs centaines de kilomètres-carrés, accumulant privilèges et exemptions. Bref, une zone de non-droit dans laquelle Schäfer, nostalgique du IIIe Reich[réf. insuffisante], règne en maître absolu tout en profitant de sa position pour donner libre cours à ses penchants sexuels pervers. Le régime d'Augusto Pinochet et sa DINA (la police politique chilienne) fermeront complaisamment les yeux, trouvant dans la Colonie Dignidad une base arrière bien confortable dans le cadre de l'Opération Condor. La colonie a en effet servi d'usine d'armements, de centre de torture et de base de retransmission des informations sur les opposants marxistes et socialistes. De même que Pinochet, Manuel Contreras visitait régulièrement la Colonia Dignidad.

L'impunité dont bénéficiait la Colonie Dignidad va progressivement s'effriter après le départ de Pinochet en 1990. En 1991, elle perd son statut d'association caritative et se rebaptise Villa Baviera. En 1996/1997, l'étau se resserre autour de Paul Schäfer, accusé d'abus sexuels sur mineurs et de torture. En 1997, Schäfer disparaît de la circulation et échappe aux enquêteurs durant plusieurs années. Il est alors âgé de 76 ans, et certains le donnent pour mort. Il est finalement capturé en Argentine en mars 2005.

Interrogé en mars 2005 par le juge Alejandro Madrid à propos de la mort de l'ancien président chrétien-démocrate Eduardo Frei Montalva, l'américain Michael Townley, agent de la DINA, avoua l'existence de liens entre la Colonia Dignidad, et le Laboratoire de guerre bactériologique de l'armée chilienne de l'autre côté. Les enquêteurs soupçonnent que le poison qui a tué Frei Montalva dans la clinique de Santa Maria en 1982 a été élaboré dans cet endroit. Ce nouveau laboratoire de l'armée, à l'intérieur de la Colonia Dignidad, aurait été, selon Townley, le successeur du laboratoire de la DINA Via Naranja de lo Curro, où Townley travaillait avec le chimiste Eugenio Berrios. Townley a aussi témoigné au sujet d'expériences biologiques commises sur des prisonniers dans ce camp de détention.

6clopes

Messages : 1552
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La colonie "Dignidad"

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum