anipassion.com

François Asselineau: La face cachée de la construction européenne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

François Asselineau: La face cachée de la construction européenne

Message par 6clopes le Dim 30 Mai - 14:09

première partie:




Qui est Asselineau:

Un des derniers actes de Nicolas SARKOZY avant de quitter le ministère des finances a été de désigner un responsable de l'intelligence économique à Bercy qui devrait créer un service d'une quinzaine de membres.

C'est à l'évidence une forte personnalité qui a été choisi : François ASSELINEAU.

Le coté fort en thème de François ASSELINEAU se retrouve tant dans son parcours que dans ses propos. Diplômé d'HEC, il décide après son VSNA au Japon d'entrer à L'ENA d'où il sort second en 1983, ce qui lui permet de choisir la prestigieuse inspection des finances.

Il a une réelle fascination pour l'histoire et l’étymologie et comme tout passionné, il devient passionnant. Il raconte ainsi :

"Pour comprendre les autres pays, il faut analyser leur langue". Mais qu'entendre par « comprendre » ?

En français, comprendre vient de « cum prehendere », c'est à dire prendre avec soi. François ASSELINEAU en déduit notre approche narcissique du monde, brillante et généreuse, mais souvent naïve et superficielle, tant nous sommes convaincus que les étrangers raisonnent comme les Français.

En Anglais le mot « understand » signifie se tenir en dessous, ce qui expliquerait la finesse et la subtilité de nos voisins britanniques, mais aussi leur goût du sous-entendu, voire de la dissimulation. Perfide Albion.

En allemand, le « verstehen » signifie « se tenir bien droit » ce qui serait une traduction, à la fois de la rigueur et de la fiabilité que l'on prête à nos voisins d'Outre-Rhin, mais aussi de leur tendance à la lourdeur et à l'immobilisme.

En japonais, le mot « wakarimasu » s’écrit à partir du kanji qui représente une épée coupant un morceau de bois ; au Japon, « comprendre », c'est ainsi « couper en morceaux », d'où la capacité des Japonais à analyser et disséquer, mais leur difficulté devant l’abstraction."

Son coté iconoclaste apparaît dès que l'on évoque l'Europe.

Sa principale qualité, d'après lui, c'est d’oser parler avec franchise, à l'opposé souvent du vent dominant des opinions affichées par les uns et les autres. On sent un certain plaisir chez lui à prendre son interlocuteur à rebrousse-poil, et à s'opposer au politiquement correct.

François ASSELINEAU proclame ainsi avec vigueur son hostilité à l’Europe fédérale, en dénonçant la manœuvre constante d’intimidation de la pensée unique qui veille à présenter cette opinion comme ringarde, sans jamais tolérer la moindre discussion de fond.

« En dépit de la désinformation ambiante, le problème n’est pas chez moi mais chez les partisans du fédéralisme car toutes leurs prédictions sont démenties par les faits » : affirme-t-il. « L’euro devait nous apporter plus de croissance et plus d’emploi. Mais, au bout de 5 ans, la zone euro est devenue la lanterne rouge de l’économie mondiale. Nous sommes les dindons de la farce car la monnaie unique sert de variable mondiale d’ajustement aux déficits géants américains, qui explosent, eux, tous les critères de Maastricht ! Mieux encore, la Suède, qui a refusé d’entrer dans l’euro l’année dernière, ne cesse de réviser son taux de croissance à la hausse, alors même que ses prélèvements obligatoires sont les plus élevés du monde. Elle va terminer l’année avec un taux de croissance de 3,8%. Alors ? »

6clopes

Messages : 1552
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum