L'Eglise catholique enfin qualifiée d'organisation criminelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'Eglise catholique enfin qualifiée d'organisation criminelle

Message par 6clopes le Ven 25 Juin - 12:56

Pédophilie : l’Eglise qualifiée d’organisation criminelle

source belga / vendredi 25 juin 2010

Les perquisitions menées jeudi à l’archevêché de Malines ont eu lieu en vue d’une plainte, encore à formuler, pour « association de malfaiteurs » à l’encontre de l’Eglise en raison de la dissimulation systématique, pendant plusieurs années, des dossiers de pédophilie.

« S’il devait ressortir des dossiers saisis que certains ordres religieux ont empêché systématiquement pendant des décennies que des pédophiles puissent être jugés, alors ils forment selon la loi une organisation criminelle. Est aussi complice la personne qui aide à garantir l’impunité », indique ce vendredi une source judiciaire bien informée au quotidien De Morgen. Selon cette source, il s’agit de faits pouvant conduire à des peines de vingt ans de prison.

Les différentes perquisitions auraient été menées sous le nom d’« Opération Eglise ».

Le juge d’instruction est indépendant
S’il se déclare « surpris » par les perquisitions effectuées jeudi dans les milieux de l’Eglise catholique belge, le ministre démissionnaire de la Justice, Stefaan De Clerck, insiste, dans un entretien accordé vendredi à la Gazet Van Antwerpen, sur l’indépendance du juge d’instruction.

Celui-ci « n’est pas lié » par l’accord conclu entre le ministère public et la commission qui traite des abus sexuels au sein de l’Eglise, a dit M. De Clerck. « Cet accord n’affecte pas son indépendance. Il doit faire ce qu’il juge nécessaire. C’est sa liberté et sa responsabilité. S’il est d’avis que des perquisitions sont nécessaires, il peut prendre cette décision », a rappelé le ministre de la Justice.

Il réagissait aux déclarations de Peter Adriaenssens, le président de la commission pour le traitement des plaintes pour abus sexuel dans une relation pastorale, qui s’est déclaré choqué par la saisie de nombreux dossiers traités au sein de cette instance. Cette saisie constitue selon lui une atteinte sérieuse à la vie privée de ceux qui s’étaient livrés en toute confiance à la commission.

Interrogé sur la VRT vendredi matin, M. De Clerck s’est par ailleurs montré favorable à l’idée d’une commission d’enquête parlementaire sur les abus sexuels, émise par le même Peter Adriaenssens. « Cela peut être une initiative utile et positive », selon lui.

6clopes

Messages : 1552
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Eglise et Pédophilie : Mgr Léonard s’étonne du déroulement des perquisitions

Message par 6clopes le Ven 25 Juin - 15:33

vendredi 25 juin 2010
source belga

Le chef de l’Eglise catholique de Belgique a jugé « un peu étonnant » le déroulement des perquisitions jeudi au sein de l’institution, dans le cadre d’une enquête sur de possibles nouveaux actes pédophiles commis par des ecclésiastiques.

« La justice fait son travail et elle avait le droit de perquisitionner. J’ai néanmoins trouvé un peu étonnant que cela aille jusqu’à forer dans les tombes archiépiscopales et que tous les évêques aient été enfermés jusqu’au soir », a déclaré l’archevêque de Malines-Bruxelles, primat de l’Eglise catholique belge.

Pour lui le fait de « séquestrer » entre guillemets » les évêques était faire montre d’un « zèle peut-être excessif ».

Des policiers ont perquisitionné jeudi des bâtiments dépendant de l’archidiocèse de Malines-Bruxelles, dont le palais épiscopal de Malines, au moment où s’y déroulait une réunion des évêques belges en présence du nonce représentant le Vatican.

A la recherche de documents, notamment de courriers échangés par des victimes présumées de prêtres pédophiles et les autorités catholiques, les policiers ont confisqué plusieurs heures les téléphones des évêques belges et les ont empêchés de quitter les lieux jusqu’en début de soirée.

Le domicile du prédécesseur de Mgr Leonard, Godfried Danneels, accusé par d’anciens prêtres d’avoir étouffé certains faits, a également été perquisitionné et son ordinateur emporté.

Des fouilles se sont par ailleurs déroulées dans une crypte dans la cathédrale de Malines. Après avoir foré des trous dans les tombes de deux précédents primats belges, Mgr Suenens et Mgr Van Roey, les enquêteurs y ont introduit des caméras à la recherche de documents qui auraient pu y être cachés. Sans succès, selon un porte-parole de l’archevêché.

Mgr Léonard s’exprimait lors de la présentation à la presse de Mgr Jozef De Kesel, évêque auxiliaire de Malines-Bruxelles nommé vendredi par le pape Benoît XVI à la tête de l’évêché de Bruges, en remplacement de Roger Vangheluwe, qui avait démissionné en avril après avoir reconnu des abus contre un jeune garçon de son entourage.

(afp)

6clopes

Messages : 1552
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Eglise : un juste retour de boomerang

Message par 6clopes le Ven 25 Juin - 15:42

Voici ci dessous l'edito du jour de monsieur MARC METDEPENNINGEN qui selon le député MAHIEUX fut mis au parfum de la rencontre du député et du primat de Belgique (en 2003) DANNEELS au sujet de l'existence d'une cassette vidée montrant la mise à mort des petites JUlie Lejeune et Melissa Russo où l'on verrait un politicien bruxellois socialiste de premier plan abuser des jeunes filles au milieux d'une douzaine de personnes. La réaction de monseigneur DANNEELS aurait été, d'après le député MAHIEUX, de ne marquer aucun étonnement ni réprobation mais de s'enquérir du fait de son apparition ou non sur la bande vidéo ! (document disponibles sur demande)

source lesoir.be / MARC METDEPENNINGEN
vendredi 25 juin 2010, 07:12

Les perquisitions menées jeudi au siège malinois ont permis à la justice de reprendre légitimement la main. L'Eglise ne peut qu'y gagner. Un corps malade ne peut être soigné que par un médecin efficace, écrit Marc Metdepenningen dans son éditorial.

Les perquisitions massives menées jeudi au siège malinois et dans des officines de l'Eglise de Belgique sont un retour de boomerang infligé à une institution qui avait cru, bien naïvement ou (plutôt) présomptueusement, qu'elle pourrait bénéficier du privilège de laver son linge sale en famille. Des magistrats, et particulièrement le juge Wim De Troy, ont renvoyé les clercs à leurs illusions, rappelant que la justice des hommes n'avait que faire du droit canonique ni n'avait d'égard aux privilèges revendiqués par les prélats.

L'Eglise n'est pas plus polluée par ses pervers que la société en général. C'est la loi du silence (reconnue par Mgr Léonard lui-même) édictée autrefois par le Vatican et appliquée par ses succursales belge, irlandaise, allemande ou autrichienne qui valent aujourd'hui à l'Eglise l'une des plus graves crises de confiance de son histoire.

La prétention de l'Eglise belge de confier à sa Commission le soin de statuer sur la qualification pénale, la prescription des faits rapportés, ou l'état de non-récidive des prêtres dénoncés, a été agitée depuis 10 ans comme un pare-feu face à des victimes toujours sous l'emprise du respect traditionnellement dû aux ecclésiastiques, incapables souvent de se confier à la justice civile ou invitées à passer par la case « Eglise » plutôt que de faire valoir leurs souffrances devant un juge.

Le ministre de la Justice Stefaan De Clerck (CD&V), en organisant une « collaboration » entre les parquets et la Commission via une circulaire adoptée il y a quinze jours, a forcé la main à des magistrats réticents dont la réplique n'a pas tardé. Comment concevoir qu'une organisation, certes puissamment ancrée dans l'histoire du pays, ait pu se voir déléguer une partie de la force publique : trier les plaintes, les évaluer elle-même avant d'éventuellement les transmettre à la justice civile ? L'Eglise attendait cet accord indigne. Le président de la Commission créée par l'Eglise, Peter Adriaenssens, a parlé hier du « contrat » passé avec la Justice. Cent victimes de prêtres pédophiles (sur les 500 enregistrées) s'étaient déclarées pour une transmission à la justice de leur cas. Deux seulement l'ont été depuis la passation de ce « contrat » indigne passé entre l'Etat et l'Eglise. Les perquisitions menées hier ont permis à la justice de reprendre légitimement la main. L'Eglise ne peut qu'y gagner. Un corps malade ne peut être soigné que par un médecin efficace.

6clopes

Messages : 1552
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'ignominie des hypocrites

Message par 6clopes le Sam 26 Juin - 23:21

Pédophilie: l'Eglise belge n'exclut pas d'aller en justice, le Vatican réagit
facebooktwitterpartager envoyerimprimer
AFP
Tarcisio Bertone : "Cela a été une séquestration, un fait grave et invraisemblable. Ils (les évêques) sont restés neuf heures sans boire ni manger".
Reporters
Sur le même sujet
26/06/10 Child Focus juge les perquisitions hors de proportions
26/06/10 Perquisitions: "certains excès un peu ridicules" pour Mgr Léonard
24/06/10 Pédophilie: perquisitions au siège de l'Eglise catholique de Belgique
L'Eglise belge a annoncé ce samedi qu'elle n'excluait pas une action en justice après la perquisition de plusieurs de ses dépendances jeudi, lors d'une opération de police sur d'éventuels nouveaux cas de pédophilie alors que le Vatican a de nouveau vivement réagi.

"Cela a été une séquestration, un fait grave et invraisemblable. Ils (les évêques) sont restés neuf heures sans boire ni manger", a dit le numéro 2 du Vatican, Tarcisio Bertone.

"Il n'y a pas de précédent, même dans les vieux régimes communistes", a-t-il ajouté.

Le Vatican avait déjà protesté vendredi contre l'opération, se disant "indigné" face à la "violation des tombes" de deux archevêques.

L'avocat de l'archidiocèse Bruxelles-Malines, Fernand Keuleneer, a indiqué à l'AFP que l'Eglise pourrait intenter une action en justice à la suite de l'opération et a exprimé "des doutes" sur sa légalité.

"J'espère qu'ils n'ont pas lancé cette expédition au hasard sans véritables preuves parce que dans le cas contraire il n'y aurait pas de justification légitime à une telle perquisition", a-t-il dit.

L'avocat a souligné que des équipes de télévision étaient arrivées une demi-heure avant les policiers et que l'on pouvait s'interroger sur la discrétion et la confidentialité requises. "Si nous arrivons à la conclusion que cela n'était ni légitime ni proportionnel, nous irons en justice; pour le moins je conseillerai à mon client d'aller en justice contre l'Etat belge", a-t-il souligné.

L'Eglise est outrée par les perquisitions dans la crypte de la cathédrale de Malines et des forages dans deux tombes archiépiscopales, a expliqué pour sa part le père Eric De Beukelaer, porte-parole de l'archidiocèse. "Pour le moment, en tant que simples citoyens, nous avons le droit de poser des questions. Mais qu'ils aient été regarder dans les tombes de cardinaux décédés, je pense que nous pouvons dire que cela nous a un peu surpris".

Mandatés par le parquet de Bruxelles, les enquêteurs ont perquisitionné le palais épiscopal de Malines, au moment où s'y déroulait une réunion des évêques.

Les policiers étaient à la recherche de documents, notamment de courriers entre des victimes présumées de prêtres pédophiles et les autorités catholiques, échangés dans le cadre d'un comité interne à l'Eglise belge, destiné à recueillir les confidences des victimes.

"(L'action policière) met en danger le travail et la confidentialité du comité", a regretté M. De Beukelaer. Cette instance avait été mise en place en avril, après la démission de l'évêque Roger Vangheluwe qui avait admis avoir abusé d'un enfant pendant des années.

"Nous savons qu'il s'agit d'abus sexuels sur mineurs, c'est donc un problème important mais on ne sait pas qui est concerné ou de quoi il retourne, donc c'est encore trop vague pour que l'on décide ce que nous allons faire", a indiqué le porte-parole.

L'archevêque André-Joseph Léonard, à la tête de l'Eglise catholique de Belgique, a regretté que "les fouilles et la détention des évêques aient donné l'impression qu'ils étaient suspects". "En quelques heures, l'image de l'Eglise belge a été ternie", a-t-il déploré. "Il semblerait que la police cherche le Da Vinci Code", avait-il déclaré auparavant.

Selon le prêtre à la retraite Dirk Deville, des centaines de cas d'abus sexuels auraient été signalés à M. Daneels dans les années 1990, mais celui-ci a récemment déclaré qu'il n'avait jamais étouffé aucun scandale.

La Belgique est l'un des pays les plus touchés par la série de scandales de pédophilie qui ébranle l'Eglise catholique, en Europe et en Amérique, depuis plusieurs mois.

6clopes

Messages : 1552
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Il ne manquerait plus que cela...

Message par 6clopes le Lun 28 Juin - 12:27

L’archevêché est à l’arrêt
Christian Laporte
lalibre.be
28/06/2010


Le Pape est solidaire des évêques belges après la mégaperquisition de jeudi. Mais comme eux, il insiste sur le fait que la Justice doit faire son travail.

Si dans l’Eglise catholique belge, les évêques ont tenté d’oublier la perquisition de jeudi dernier en remobilisant les fidèles au cours du week-end lors de belles cérémonies d’ordinations sacerdotales à Tournai, à Liège et à Namur, c’est surtout le Vatican qui s’est encore fait entendre à propos de l’enfermement forcé des évêques et des dégâts causés aux tombes des archevêques dans la cathédrale Saint-Rombaut.

Comme on le lira ci-contre, le Pape en personne est monté au créneau en adressant un télégramme à Mgr Léonard après que le cardinal Bertone eut pour le moins dérapé en parlant à l’agence de presse italienne Ansa d’"une séquestration grave et invraisemblable" car "les évêques sont restés neuf heures sans boire ni manger" . Ce qui n’était point vrai ! Et comme si ça ne suffisait pas, le Premier ministre de Benoît XVI avait ajouté qu’"il n’y a pas de précédent, même dans les vieux régimes communistes" !

Sur un ton moins polémique, Mgr Léonard a rappelé sur les ondes de Radio Vatican que "tous les évêques avaient été interrogés individuellement (brièvement, NdlR) par les enquêteurs, ce qui a donné l’impression au pays que tout le monde était suspect. Mais la plupart d’entre eux n’étaient pas concernés par les dossiers de Malines-Bruxelles. En quelques heures, on a, auprès du public et des médias, terni l’image globale de l’Eglise de Belgique" .

L’archevêque a aussi évoqué "certains excès un peu ridicules" à propos de la descente dans la crypte de la cathédrale de Malines, regrettant que des tombes aient été ouvertes. "Cela va un peu loin. Si c’était un roman, on compren drait. Mais en principe, la Justice n’a pas pour mission de réécrire le Da Vinci Code" , a-t-il déclaré. Mais Mgr Léonard n’en a pas moins rappelé, in fine, que "l’Eglise de Belgique n’est pas au-dessus des lois" . Donc "la Justice a aussi le droit de faire une perquisition à l’archevêché de Malines-Bruxelles "

L’avocat de l’archidiocèse, Me Fernand Keuleneer, a pour sa part indiqué que "l’Eglise pourrait intenter une action en justice à la suite de l’opération" et a exprimé "des doutes" sur sa légalité . "J’espère qu’ils n’ont pas lancé cette expédition au hasard sans véritables preuves parce que dans le cas contraire il n’y aurait pas de justification légitime à une telle perquisition" , a-t-il dit.

L’avocat a souligné que des équipes de télévision étaient arrivées une demi-heure avant les policiers et que l’on pouvait vraiment s’interroger sur la discrétion et la confidentialité requises. "Si nous arrivons à la conclusion que cela n’était ni légitime ni proportionnel, nous irons en justice; pour le moins je conseillerai à mon client d’aller en justice contre l’Etat belge" , a-t-il souligné.

En attendant, divers services de l’archevêché sont paralysés à la suite des perquisitions. L’ensemble des informations destinées à alimenter le site Internet de l’archevêché et les périodiques sont, en effet, aux mains des enquêteurs. En outre, les services administratifs de l’archevêché ne peuvent actuellement pas assurer davantage leur fonctionnement habituel. Avec la conséquence que cent personnes employées à des titres divers à Malines, à Bruxelles et à Wavre, des hauts responsables administratifs aux femmes d’ouvrage, ne pourront recevoir leur salaire à la fin juin.

Enfin, on notera que le ministre régional flamand chargé notamment du Bien-Etre, Jo Vandeurzen (CD&V), a pour sa part mis en garde contre le risque d’une rupture de confiance dans l’aide aux victimes. "Dans une situation de demande d’assistance, une victime a le choix de se tourner vers la Justice ou non. Et dans les dossiers traités par la commission Adriaenssens, qui a aussi un rôle d’assistance, les personnes impliquées stipulent explicitement qu’elles veulent la confidentialité. Nous devons montrer pour cela le plus grand respect" , a commenté M. Vandeurzen.

6clopes

Messages : 1552
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Eglise catholique enfin qualifiée d'organisation criminelle

Message par 6clopes le Lun 28 Juin - 12:28

Pédophilie/Eglise: Adriaenssens abandonne
BELGA

Mis en ligne le 28/06/2010


Le président de la Commission chargée d'examiner les dossiers d'abus sexuels concernant des ecclésiastiques jette l'éponge.
L’archevêché est à l’arrêt
Child focus: "Une atteinte à la relation de confiance"
Le président de la Commission chargée d'examiner les dossiers d'abus sexuels concernant des ecclésiastiques jette l'éponge

Peter Adriaenssens, le président de la Commission chargée d'examiner les dossiers d'abus sexuels concernant des ecclésiastiques jette l'éponge, écrivent lundi les quotidiens De Standaard, Het Nieuwsblad et Het Laatste Nieuws.

La Commission se réunit lundi. Elle doit notamment décider si elle continue ses activités alors que le Parquet a saisi l'ensemble des dossiers qu'elle traitait. "Nous avons servi d'appât", dénonce Peter Adriaenssens qui se dit extrêmement déçu.

Le psychiatre est d'avis que la saisie témoigne de la méfiance dont ont fait preuve les autorités judiciaires. "Ils ne pouvaient opérer de la sorte qu'avec le sentiment que nous aussi fraudions ou tentions d'étouffer les affaires. Cela alors que je m'étais fait un point d'honneur à travailler en toute transparence", regrette Peter Adriaenssens.

6clopes

Messages : 1552
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Child focus: "Une atteinte à la relation de confiance"

Message par 6clopes le Lun 28 Juin - 12:28

Annick Hovine 28/06/2010

Child Focus s’émeut d’une “saisine un peu aveugle” qui fait fi du choix des victimes.
Child Focus, la Fondation pour enfants disparus et sexuellement exploités, s’est curieusement rangée aux côtés de l’Eglise catholique suite aux perquisitions, jeudi, au palais archiépiscopal de Malines. Child Focus a critiqué samedi la méthode, qui n’était "pas proportionnelle" . Les explications de Dirk Depoover, porte-parole.

Pourquoi intervenir dans une affaire qui ne concerne pas Child Focus ?

De temps en temps, on reçoit un dossier où un prêtre est impliqué. Mais c’est rare et la plupart de ces dossiers concernent des faits commis il y a 20, 30 ou 40 ans. Que faire avec cela ? La mission de Child Focus, c’est de s’occuper des enfants disparus mais aussi sexuellement exploités. On était donc très contents qu’une commission ecclésiale pour le traitement des abus sexuels commis sur des mineurs par des clercs ait été instituée en 2000 pour ces dossiers anciens.

Jusqu’il y a deux mois, cette commission n’a pas croulé sous le travail.

C’est vrai. Il n’y a eu que quelques dizaines de dossiers. Et on n’a pas beaucoup avancé. Mais depuis l’éclatement de l’affaire Vangheluwe (l’ex-évêque de Bruges a reconnu fin avril avoir abusé d’un jeune garçon de son entourage proche pendant des années, NdlR), tout s’est accéléré.

Les langues se sont déliées…

Depuis que Peter Adriaenssens (un pédopsychiatre, NdlR) est président, il a réussi à convaincre des centaines de personnes de s’exprimer. Il a clairement obtenu la confiance des victimes et c’est une bonne chose. En rassemblant tous ces dossiers, on peut tenter de comprendre ce qui s’est passé, tirer des conclusions pour mettre des choses en place pour éviter que cela se reproduise. On peut critiquer cette commission dirigée par l’Eglise : ce n’est peut-être pas la solution la plus optimale, mais cela fonctionne. Un changement d’attitude s’opérait dans l’Eglise. Pendant des dizaines d’années, on n’a pas voulu savoir. Monseigneur Léonard tient un autre discours que ses prédécesseurs. Il y avait beaucoup de positif dans cette nouvelle dynamique.

Vous critiquez les perquisitions. Pourquoi ?

Child Focus est parfois confrontée à des perquisitions et des actes d’instruction. Dans le passé, des dossiers ont été emmenés. Ce n’est pas un problème. Si la justice estime nécessaire d’intervenir, elle peut le faire à juste titre.

Mais alors, où est le problème, ici ?

Ils ont emmené avec eux tous les dossiers, sans sélection. Ils ont pris tout le travail de la commission : elle ne peut plus rien faire; elle ne peut plus donner de réponses aux victimes ! Toutes ces personnes qui se sont adressées à la commission l’ont fait en confiance en pensant que leurs propos étaient protégés. Elles ne voulaient pas forcément que leurs femmes, leurs enfants ou leurs parents soient au courant. Certains ont honte ou sont encore très traumatisés. Elles ont franchi un grand pas, qui leur a demandé beaucoup de réflexion et d’énergie. Cette relation de confiance a été atteinte par l’action de la justice.

Le juge ne connaît pas a priori le contenu des dossiers. Avait-il un autre choix ?

On craint que cette saisine un peu aveugle ne soit pas proportionnelle. On ne remet pas en question le fait qu’il y ait une perquisition mais plutôt la méthode. Le juge d’instruction est indépendant et on peut s’en féliciter. Cela ne veut pas dire qu’il ne doit pas tenir compte des conséquences sociétales de ses méthodes.

Il y a tout de même le secret de l’instruction.

Mais pour les victimes qui n’ont pas voulu aller en justice, leur dossier y est. La commission Adriaenssens avait l’intention de convaincre certaines personnes de déposer plainte. C’est une option chez nous aussi : on explique aux gens les possibilités de porter plainte et les conséquences que cela entraîne. On travaille avec la justice de la même façon que les centres d’aide aux victimes, les équipes SOS-Enfants Quand il s’agit d’un viol par un tiers, on va certainement en justice. Mais dans beaucoup de dossiers, aux multiples facettes, les choses ne sont pas si claires : ils concernent des parents, des familiers, des proches Dans certains cas, ce n’est pas toujours la meilleure chose d’aller directement en justice. La première chose à faire, c’est de protéger l’enfant. Il y a des protocoles entre la justice et le secteur de l’aide qui se sont accordés sur des méthodes de travail. Au cours du temps, les deux collaborent dans l’intérêt de l’enfant : pour limiter les dégâts et éviter de créer des dommages supplémentaires. On fait tout pour la réparation de la victime. Dans ce cas-ci, que va-t-il se passer avec un dossier qui date d’il y a trente ans ? La victime sait que rien ne peut être entrepris contre l’auteur. Est-ce que ça vaut la peine de l’interroger dans le cadre de l’instruction et de remuer tout ça ?


Dernière édition par 6clopes le Lun 28 Juin - 23:44, édité 1 fois

6clopes

Messages : 1552
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Au pays de la corruption des commissions les groupes de travail éteignent les diocèses en feu...

Message par 6clopes le Lun 28 Juin - 17:27

Perquisitions : Stefaan De Clerck crée un groupe de travail
Belga

Le ministre sortant de la Justice Stefaan De Clerck (CD&V) va créer un groupe de travail composé de procureurs généraux qui devront réfléchir à des questions telles que la place des victimes ou la confidentialité.

Stefaan De Clerck estime que la démission de la commission Adriaenssens est une mauvaise nouvelle pour toutes les parties concernées, dont la justice, a-t-il déclaré à Belga lundi.

"Je suis convaincu que la justice et la commission auraient pu être complémentaires", a précisé De Clerck. "La justice ne doit pas se substituer à la commission mais bien considérer son travail dans un cadre plus large."

Stefaan De Clerck va créer un groupe de travail qui devront réfléchir à des questions telles que la place des victimes ou la confidentialité. Ce groupe s'inscrit dans le modèle de concertation que le ministre voulait instaurer entre la commission Adriaenssens et la justice. "Je veux réduire autant que possible les conséquences négatives de la démission de la commission", a expliqué le ministre.

Avec Belga

6clopes

Messages : 1552
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

La Cour suprême confirme la décision d'une cour d'appel de lever l'immunité du Saint-Siège dans une affaire de prêtre pédophile

Message par Invité le Lun 28 Juin - 19:27

WASHINGTON Le Vatican pourra être tenu responsable au civil des actes d'un prêtre dans une affaire de pédophilie, après que la Cour suprême américaine a dit lundi qu'elle ne se prononcerait pas sur l'immunité du Saint-Siège. En ne se prononçant pas, la Cour suprême confirme la décision d'une cour d'appel de lever l'immunité du Saint-Siège dans une affaire de prêtre pédophile dans l'Oregon (nord-ouest des Etats-Unis). A la suite de cette décision, c'est le Vatican qui avait fait appel devant la Cour suprême.

Le refus des neuf sages lundi signifie que la décision de la cour d'appel devient définitive. Un tribunal américain pourra alors passer à l'étape suivante et examiner la qualité d'"employeur" du Vatican vis-à-vis du prêtre mis en cause pour décider si la procédure peut se poursuivre à l'encontre de l'Eglise.

Au printemps, lorsqu'elle avait été saisie par le Saint-Siège, la Cour suprême avait demandé l'avis de l'administration Obama quant à l'opportunité ou non de lever l'immunité du Vatican.

L'administration avait alors demandé à la Cour suprême de statuer que le Vatican disposait de l'immunité dans cette affaire et que ses hauts responsables, y compris le pape, ne pouvaient être interrogés.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le danger pour l'Eglise: le péché qui la "pollue" de l'intérieur

Message par 6clopes le Mar 29 Juin - 15:18

La défense de l'Eglise flamande par la soi-disant mise à jour de soi-disant complots franc-maçons est risible et d'une ignominie qui stagne à la hauteur de la vénalité des cadres de cette institution pourrie. Protection des ordures pédophiles pour le maintien de l'image de la grandeur de l'alma mater, terrorisme de la victimisation, chantage sur les âmes... rien de neuf au pays du dieu unique qui empapaoute les gosses pendant que ses cadres se vautrent dans les ors et le pouvoir terrestres tout en interdisant à quiconque d'en faire autant... bref rien que de trop humain chez les très tristes clowns à mitre.
---------

Le danger pour l'Eglise: le péché qui la "pollue" de l'intérieur
source AFP - 29/06/2010

Parmi les "maux spirituels et moraux" qui la minent de l'intérieur, le pape a cité des "attitudes négatives" telles que "l'égoïsme, la vanité, l'orgueil, l'attachement à l'argent".
Le pape Benoît XVI a qualifié mardi de "danger le plus grave pour l'Eglise" catholique, les péchés commis par ses membres qui finissent par la "polluer" de l'intérieur.Célébrant dans la basilique Saint Pierre une messe en hommage aux saints patrons de Rome, le pape n'a pas mentionné explicitement les affaires de pédophilie qui secouent depuis des mois le clergé catholique mais il a estimé que "les persécutions subies par les chrétiens" en deux mille ans d'histoire "ne constituent pas le danger le plus grave pour l'Eglise".

"Les dégâts les plus importants viennent de ce qui pollue la foi et la vie chrétienne de ses membres et de ses communautés, affaiblissant sa capacité de témoignage et de prophétie", a estimé Benoît XVI dans son homélie.Citant l'apôtre Paul, le pape a évoqué "des problèmes de divisions, d'incohérence, d'infidélité à l'Evangile qui menacent sérieusement l'Eglise".

Parmi les "maux spirituels et moraux" qui la minent de l'intérieur, le pape a cité des "attitudes négatives" telles que "l'égoïsme, la vanité, l'orgueil, l'attachement à l'argent".Le 11 mai, dans l'avion qui l'emmenait au Portugal, le pape, questionné sur la cascade de scandales de pédophilie frappant l'Eglise depuis novembre, avait estimé que la plus grande "persécution" contre l'Eglise ne venait "pas d'ennemis extérieurs mais (naissait) du péché" existant en son sein.

Pendant la messe de mardi, le pape a remis le pallium -- petite écharpe de laine blanche brodée de croix noires, symbole de fidélité à l'Eglise -- à 38 archevêques métropolitains (de diocèses importants, ndlr) nommés depuis un an.Parmi les prélats, figurait Mgr André-Mutien Léonard, le chef de l'Eglise de Belgique, où une perquisition au siège de l'épiscopat dans le cadre d'une enquête pour pédophilie, a provoqué une réaction indignée du Vatican et du pape.Saluant la présence d'une délégation du patriarcat de Constantinople comme c'est la tradition pour la fête des saints patrons de Rome, le pape s'est félicité des "progrès dans les relations oecuméniques entre catholiques et orthodoxes".

6clopes

Messages : 1552
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Eglise catholique enfin qualifiée d'organisation criminelle

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum