L OREAL, SCHUELLER, le M.S.R et MITTERRAND

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L OREAL, SCHUELLER, le M.S.R et MITTERRAND

Message par grand lug le Jeu 22 Juil - 11:17

Durant l'occupation SCHUELLER participe a la création du MSR (aime et sers) le Mouvement Social Revolutionnaire qui a pour but de nettoyer le pays des juifs et de leur dernier enfant naturel, le Gaullisme.

Apres la guerre, la compagnie L'OREAL accueillera un grand nombre de nazis dont les responsables de la rafle du Vélodrome d'Hiver.

A la liberation, monsieur SCHULLER engagera MITTERAND, décoré tout frais de la Francisque et lui confie le poste de P-DG des editions du ROND-POINT qui dependent de l'OREAL. Ensuite, l'OREAL financera la première campagne de DIEU lui-même.

Pour se renseigner, lire: L'OREAL a pris ma maison de Monica WAITZELDER chez Hachette. Bonne lecture. OWEN

grand lug

Messages : 748
Date d'inscription : 25/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Mitterrand et Vichy, Mitterrand après Vichy, Mitterrand avant Mitterrand

Message par 6clopes le Jeu 22 Juil - 12:00

Un soir Serge Moati, homme en cours, homme de Cour, lèvres embouteillées d’avoir trop étreint, revenait sur le passé vichyssois de Mitterrand, comme si c’était cela l’intéressant, comme si c’était cela le grand secret du président à la rose. Avant d’en venir à cet exercice de rétrologie rappelons quelques faits.

Serge Moati est un aveugle volontaire, l’homme qui organisa l’épiphanie de François M revenu du pays des morts une rose à la main. Pour sa part le passé vichyssois de François Mitterrand était connu de tous, le Crapouillot le révéla publiquement, francisque à l’appui, et le ministre de l’Intérieur du général de Gaulle, Roger Frey, n’a pas utilisé le cliché en 1965 parce que des hommes comme Foccart ou Couve de Murville avaient été de ces pétainistes passés à la Résistance et qu’il n’ y avait pas lieu de revenir dessus.

Aussi Mitterrand choisit son confident, Pierre Péan et le moment, 1994, pour révéler dans la foulée de Mazarine, des truismes endiablés, j’étais vichyssois, j’étais amoureux, je fus résistant. On en oubliait l’amitié avec Bousquet et le côté cagoulard de François M.

Il m’a toujours semblé que c’est à partir de la nébuleuse cagoularde que s’entendait le parcours de Mitterrand marqué par une hostilité sans failles envers de Gaulle et ses équipes.

Gabriel Jeantet, son parrain lors de la remise de la francisque, fut un des hauts dirigeants de la Cagoule, l’Oréal truffée d’anciens conjurés lui remit le pied à l’étrier à la Libération, enfin on ne soulignera jamais assez le rôle étrange de Pesquet lors du faux attentat de l’Observatoire qui ridiculisa l’ancien garde des sceaux, histoire d’achever celui qu’on n’avait pu détruire en 1954 lors du gouvernement Mendès-France où les services parallèles lui imputèrent une activité d’espion au service des soviétiques.

Aussi proposons une alternative aux biographies régnantes qui font de l’accession au pouvoir du général de Gaulle en mai 1958, le point de bascule de François M vers la gauche et le socialisme. Cela plaît à ses amis juifs mais cela ne m’a jamais paru convaincant.

En effet, Mitterrand est tout au long de la IVème République un homme des américains au même titre que Defferre, c'est-à-dire un combattant. C’est lors de cette période qu’il commerce avec François de Grossouvre, honorable correspondant de Gladio qui reçoit pour prix de son ralliement des émoluments de la firme Coca-Cola, qu’il fréquente les dirigeants africains et dénoue l’alliance nouée par les futurs leaders des indépendances avec le PCF. Je doute que Mitterrand ait effectué cette démarche, seul, et sans l’appui massif des parrains yankees puisqu’il marchait sur les platebandes du MRP qui s’était octroyé comme sa chasse gardée le Ministère des colonies, avec le succès que l’on sait.

Quant à l’amitié envers Bousquet, ce dernier était assez influent, subtil et prudent et connaissait assez de monde, surtout par fiches interposées, pour se voir blanchi par la Haute Cour et poursuivre son parcours de petit baron du sud-ouest dans les coulisses, ce qu’un Boutemy n’a jamais su faire. On le voit Mitterrand est alors un homme de la réconciliation, d’un côté la bande à Duras comme pôle extrême de ses amitiés à gauche, de l’autre, une fosse de requins au passé noirci, adolfins repentis comme aurait pu les appeler Céline. Le résistancialisme voilà l’ennemi aurait pu reprendre sans sourciller le plusieurs fois Ministre et membre éminent de l’UDSR.

A partir de 1954, l’homme est grillé, compromis dans le gouvernement Mendès, certains de ses anciens amis le voient en opportuniste, en bradeur d’empire, on ne lui réserve pas le sort d’un ancien cagoulard, Lemaigre-Dubreuil, c'est-à-dire 12 balles dans la peau mais on mène un travail de sape constant et efficace. François Mitterrand se voit contraint de délivrer des gages, il accorde donc l’exécution du militant communiste Fernand Yveton, il multiplie les déclarations d’amour envers l’Algérie française, laisse Debré tranquille lors de l’affaire du bazooka, c’est donc un homme affaibli qui accueille le putsch du 13 mai

L’affaire de l’Observatoire balaye Mitterrand pour quelques années, il végète avec sa convention de quelques membres, notables où s’égaye une figure nouvelle et puissante, Charles Hernu, lui-même ancien collaborateur puis mendésiste de choc, enfin converti à la bombinette sous les bonnes grâces d’un évadé de la Cité Catholique de Jean Ousset. Comment François M est devenu le hérault de la gauche française, de la rupture avec le capitalisme, du changer la vie et des 110 propositions loufoques pour passer au nationalisme social de papier crépon qui se convertira en moins de deux ans en un socialisme libéral tout aussi bouffon. En tenant sous l’orage, en occupant la place, en prenant peu à peu l’habit spectral du prince progressiste, celui qui assaisonne les lendemains qui chantent à la sauce du discours nouvel obs, mais cette histoire là tout le monde la connaît.

6clopes

Messages : 1552
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA cagoule

Message par grand lug le Jeu 22 Juil - 14:55

liliane Bettencourt est la fille de SCHUELLER ,qui lui financait:EUGENE DELONCLE .
A la libe,SCHUELLER echappe aux sanctions reservees aux collabos... 1 de ses employes Andre BETTENCOURT ,lié a la resistance ,le sort d 1 mauvais pas ....
En recompense ,Shueller lui offre en50 ,sa fille LILIANE en mariage .
Mais ils aident encore les anciens de la CAGOULE .
Est ce 1 surprise de savoir que L OREAL est copain/copain avec monde ARABE ,et la LIGUE ARABE ......comme 1 autre SUISSE !
Pour la suite :lire PERE UBU /PAN de ce jour :LA FACE CACHEE DE LILIANE BETTENCOURT ..... choukrane mon frere .

grand lug

Messages : 748
Date d'inscription : 25/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

La cagoule, Deloncle, Shueller, L'Oreal, Bettencourt, Bénouville, Roy, les pères maristes et les Mitterrand

Message par 6clopes le Jeu 22 Juil - 21:10

Ami intime d’Eugène Deloncle, Eugène Schueller met ses moyens personnels à disposition du complot. Plusieurs réunions de l’équipe dirigeante se tiennent dans son bureau au siège de L’Oréal.

Un groupe de jeunes gens, résidant à l’internat des pères maristes (104, rue de Vaugirard à Paris), fréquente les chefs du complot et se joint à certaines de leurs actions sans pour autant adhérer formellement à l’OSARN. Il s’agit de Pierre Guillain de Bénouville, Claude Roy, André Bettencourt et François Mitterrand.

Robert Mitterrand, frère de François, épouse la nièce d’Eugène Deloncle.

6clopes

Messages : 1552
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L OREAL, SCHUELLER, le M.S.R et MITTERRAND

Message par 6clopes le Jeu 22 Juil - 21:53


6clopes

Messages : 1552
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L OREAL, SCHUELLER, le M.S.R et MITTERRAND

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum