credits pourris et corruption dans les balkans

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

credits pourris et corruption dans les balkans

Message par Invité le Mar 3 Aoû - 12:44

L’histoire commence en Autriche en novembre 1992, lorsque Wolfgang Kulterer, 39 ans, prend la direction de la principale banque de la région de Carinthie. Cette institution régionale, l’Hypo Group Alpe Adria – que tout le monde appelle Hypo –, est alors en léthargie. Pour le nouveau dirigeant, l’avenir se présente sous la forme d’une alternative : grossir ou mourir. Comment grossir ? Le meilleur moyen consiste pour lui à développer les activités internationales de la banque (son département étranger n’occupe alors que trois personnes) en créant des succursales dans les pays voisins qui venaient, en janvier 1992, de proclamer leur indépendance en quittant la fédération yougoslave.

C’est ce que fit l’Hypo l’année suivante, alors que la guerre faisait rage à quelques centaines de kilomètres plus à l’est. Elle ouvrit d’abord des filiales de crédit-bail en Slovénie et en Croatie, puis développa des ­activités de financement au service des entreprises ­autrichiennes – déjà très actives sur les marchés de l’Europe centrale et orientale – mais aussi de potentats et d’affairistes locaux. En quinze ans, l’Hypo allait construire un formidable réseau international employant 8 000 per­sonnes dans treize pays de la région. Mais l’audacieuse construction de Wolfgang Kulterer a fini par s’effondrer dans une atmosphère de scandale, obligeant l’Etat autrichien à racheter, en décembre dernier, l’ensemble du groupe bancaire pour limiter les dégâts. Que s’est-il passé ? Il est aujourd’hui manifeste que les dirigeants de l’Hypo, soucieux de pousser leurs pions et d’occuper le terrain, ont pris beaucoup de risques et ont utilisé depuis le début des méthodes pour le moins douteuses. Les accusations sont particulièrement fortes en Croatie, où l’on parle de corruption systématique, de blanchiment d’argent et de népotisme à grande échelle.

A peine installé à Zagreb, le bureau de l’Hypo accorde en 1993 un crédit de 140 millions de schillings au dictateur croate Franjo Tudjman. Un geste de bienveillance qui va lui permettre d’attirer la clientèle des seigneurs de la guerre, lesquels raflent des millions grâce au trafic d’armes et aux privatisations. “L’Hypo a été le principal financier des privatisations sauvages de la dictature Tudjman”, confie une personnalité autrichienne du monde des affaires, qui souhaite garder l’anonymat.

L’Hypo Banka Croatia est créée dès 1996. En principe spécialisée dans l’immobilier, elle accorde en fait des crédits pour toutes sortes d’opérations : achats de machines, d’entreprises ou de yachts. En 2000, la banque risque de perdre 1 milliard de schillings à cause de la défaillance de plusieurs débiteurs. Ces crédits, apprend-on à l’époque, ont reçu la garantie du régime Tudjman “sans vérification approfondie”. Kulterer peut “réaliser en Croatie des affaires dans lesquelles les autres banques étrangères n’osent pas se lancer. Il a derrière lui la Carinthie, qui entend être fière de sa banque”, écrit à l’époque le quotidien viennois Der Standard. [Le leader d’extrême droite] Jörg Haider – qui utilise la banque pour financer le Land de Carinthie, dont il est depuis peu devenu le gouverneur – l’aide en effet activement lorsqu’il se rend en Slovénie et en Croatie, où il entretient d’étroites relations avec certains hommes politiques de droite. L’Istrie [région côtière de Croatie] sera “la Californie de l’Europe du Sud” dans les années à venir, prédit en 2000 Günter Striedinger, l’un des dirigeants de la banque. A cette époque, aucun grand projet touristique ne se réalise sans elle dans la région. Et ils donnent tous lieu à des pratiques de corruption. Un exemple, révélé par l’hebdomadaire allemand Die Zeit, montre comment cela a permis à des personnalités du FPÖ [le Parti libéral d’Autriche, dirigé par Jörg Haider] de se remplir les poches : en 2000, une société appartenant à Detlev Neudeck, à l’époque député du FPÖ, acquiert 374 000 m2 de côte sur la commune de Vodnjan, en Istrie. Le terrain est déclaré constructible peu après, ce qui multiplie son prix par 200 du jour au lendemain. C’est l’Hypo qui finance l’opération, et la directrice de la succursale locale est présidente du conseil de surveillance de la société immobilière. On avait promis à la banque – avant la cession – que le site serait déclaré constructible, fit savoir plus tard Kulterer dans un journal local. Haider aurait préparé l’opération avec Stefo Zufic, le gouverneur local, qui devint l’administrateur d’une des sociétés engagées dans le projet.

Le bureau international passe en quinze ans de 3 à 8 000 salariés

La Banque nationale d’Autriche (ÖNB) s’est penchée en 2001 sur les activités de l’Hypo en Croatie. Elle a détecté, selon son rapport, un “manque de prudence quant à la solvabilité et la capacité de crédit des emprunteurs”, un manque d’intérêt pour “la dynamique de remboursement” et une étude “insuffisante” des risques. Elle note en outre que le groupe bancaire utilise “certaines filiales pour leur transférer des cas parfois problématiques”. Les crédits à risque sont en effet retirés du bilan et affectés à des sociétés de crédit-bail pour ne pas diminuer les capitaux propres de l’Hypo. (Dans les Etats non membres de l’UE, le crédit-bail n’est pas considéré comme une activité bancaire, ce qui le soustrait à tout contrôle.) Le total du bilan de l’Hypo passe en 2001 à 7,6 milliards d’euros. Pour la presse internationale, l’Hypo est “la banque autrichienne qui réalise le plus de profits”, elle est “le deuxième des groupes bancaires d’Europe de l’Ouest pour la vitesse de croissance”. Les rares voix critiques sont couvertes par l’euphorie de cette formidable expansion à l’Est.

En 2002, la banque emploie déjà 2 500 salariés. La Croatie, qui présente une croissance de 6 % à 7 %, met en place des réformes, adhère à l’OMC et dépose une demande d’adhésion à l’UE. Un tiers des investissements étrangers qui y sont réalisés proviennent d’Autriche. Du coup, l’Hypo érige en 2003 à Zagreb un siège social dont la construction lui coûte 92 millions d’euros. Avec ses 86 000 m2, c’est le plus grand immeuble moderne de Croatie. “A l’époque, ce n’était un secret pour personne que la banque avait une politique de risque fort peu professionnelle”, se souvient aujourd’hui Hasslacher. Elle pratiquait une “concurrence déloyale”, déclare un observateur des marchés expérimenté qui souhaite conserver l’anonymat.

Lors des élections législatives de 2003, l’Hypo arrose généreusement la campagne. Selon le journaliste d’investigation croate Hrvoje Appelt, le HDZ [parti de la droite nationaliste de l’ancien président Tudjman, décédé en 1999] aurait encaissé à lui seul 300 000 euros. Cela ne fait pas scandale dans la presse : la banque est également l’un des plus gros annonceurs. En 2004, le bilan passe à 17,8 milliards d’euros. Puis à 22 milliards l’année suivante. “Pour qui s’y intéressait, il était clair depuis le début que les affaires de l’Hypo en Croatie étaient douteuses”, affirme Appelt, qui soupçonne Milan Bandic – maire de Zagreb et candidat malheureux au deuxième tour de l’élection présidentielle du 10 janvier – d’avoir servi d’intermédiaire pour décrocher des crédits à des conditions rêvées dans de grosses affaires en percevant au passage des commissions hallucinantes. Rien d’étonnant, selon lui, à ce que Bandic réside dans un penthouse appartenant à la banque.

Le magazine croate Nacional – qui se dit en possession d’un rapport confidentiel de la Bayerische Landesbank sur les activités de l’Hypo en Croatie – révèle pour sa part qu’Ivo Sanader, chef du gouvernement croate, qui a subitement démissionné en juillet dernier, aurait perçu une commission de 800 000 marks pour avoir servi d’intermédiaire dans la conclusion d’une demande de prêt de 4 millions de marks.

On peut évoquer nombre d’autres affaires douteuses. Un ancien conseiller du président Tudjman, Ivic Pasalic – surnommé “le docteur” –, aurait par exemple obtenu un prêt de 30 millions d’euros pour la construction d’un centre commercial, alors qu’il n’avait pas la moindre expérience dans ce secteur. Branimir Glavas, “le parrain d’Osijek”, condamné depuis pour crimes de guerre [meurtres de civils serbes en 1991], et que Haider avait personnellement reçu à Klagenfurt, aurait vendu 280 000 marks à l’Hypo un appartement qu’il avait peu de temps auparavant acheté 3 000 marks à l’Etat. En contrepartie, il aurait aidé la banque à conclure quelques affaires. L’ancien général Vladimir Zagorec aurait reçu, selon le magazine Nacional, 260 millions d’euros de crédits pour des projets immobiliers. Cet homme, qui était le plus gros trafiquant d’armes du pays pendant la guerre, est actuellement incarcéré en Croatie, accusé d’avoir blanchi des millions par l’intermédiaire de comptes bancaires en Carinthie. Il était devenu agent immobilier à Vienne et les autorités autrichiennes ne l’avaient livré à la Croatie qu’en grinçant des dents. “Car s’il parle il y a beaucoup, beaucoup de gens du monde des affaires et de la politique qui auront de quoi avoir peur – et cela des deux côtés de la frontière”, confie un initié.

Ces accusations posent une question fondamentale : est-il possible d’investir proprement en Croatie ? “Pas de commentaire”, répondent plusieurs personnalités autrichiennes du monde des affaires. Voilà qui en dit long. Locaux désertés vendus au prix fort, amis en mal d’emploi à entretenir, sociétés fictives à alimenter en crédits aux meilleures conditions – telles sont les barrières que dressent encore aujourd’hui les shérifs et les hauts responsables politiques contre ceux qui veulent pénétrer sur le marché.

Domagoj Margetic, journaliste d’investigation croate et auteur d’un livre sur les activités de l’Hypo, affirme détenir des centaines de pages de documents. “Pour les gros crédits accordés à des partenaires douteux, il ne s’agissait pas de gestion des risques mais de blanchiment d’argent”, affirme-t-il. En 2006, Margetic a proposé de remettre ses pièces à conviction à la commission d’enquête sur les banques du Parlement autrichien. Mais la commission a refusé. L’Hypo n’a d’ailleurs pas réagi à ses accusations, si ce n’est par un démenti laconique.

L’histoire de la banque connaît un tournant en 2007, quand le banquier allemand Tilo Berlin entre avec quelques associés dans le capital de la banque et y occupe le fauteuil de président du directoire. Avant de la céder à la banque publique bavaroise Bayerische Landesbank (Bayern LB). Ce qui n’empêche en rien la situation de s’aggraver. Début 2008, on parle d’un manque de fonds propres de plusieurs centaines de millions d’euros. Et le bilan, à la fin de l’année 2008, révèle des pertes de l’ordre de 520 millions d’euros. En 2009, c’est carrément la catastrophe. Le Land de Bavière verse 700 millions d’euros d’aides et un groupe de banques autrichiennes [Raiffeisen, Bank Austria (Unicredit) et Erste Bank] 900 millions. Mais cela ne suffit pas. Fin novembre retentit un coup de tonnerre : on annonce que la banque estime avoir encore besoin de 1,4 à 1,7 milliard d’euros pour boucler les comptes de l’année en cours. La Banque nationale d’Autriche (ÖNB) avait pourtant estimé qu’elle ferait des bénéfices en 2009. “Les contrôles internes et externes ont été manifestement défaillants”, confie Franz Hahn, un spécialiste des marchés financiers de l’institut de recherche Wifo. “La banque a pris des risques énormes à grande échelle. Cela faisait partie de sa stratégie de croissance.”

Le 13 décembre, le ministre autrichien des Finances, Josef Pröll [chrétien-démocrate, ÖVP], se voit contraint d’agir pour éviter non seulement un dépôt de bilan, mais aussi de terribles conséquences pour l’ensemble du secteur bancaire régional, de Munich à Zagreb en passant par Vienne et Klagenfurt. Il décide de sauver la banque en la nationalisant. Les Bavarois, qui ont accepté de verser 825 millions d’euros à l’Autriche pour que celle-ci assure le sauvetage, estiment qu’ils auront perdu au total 3,7 milliards d’euros dans l’affaire. Imputer ce désastre à la crise économique mondiale n’a pas lieu d’être : la crise n’a servi que de révélateur. Depuis le milieu de l’année 2009, les cessations de paiement ont augmenté en Croatie. Et de vastes escroqueries sont ainsi apparues au grand jour. On découvre aujourd’hui que certains instituts n’ont jamais vérifié l’existence des biens pour lesquels ils accordaient des crédits.

Les procureurs de Munich, Vienne, Klagenfurt et Zagreb devront dire où se situe la frontière entre risque bancaire, escroquerie et criminalité organisée. La république d’Autriche, nouveau propriétaire de l’Hypo, devra en tout cas répondre à quelques questions : pourquoi n’a-t-on jamais enquêté sur les rumeurs d’agissements criminels ? Pourquoi les mises en garde du ­secteur bancaire n’ont-elles jamais eu de suites ? Et pour­quoi la province de Carinthie, les banquiers et les amis de Haider, tels Tilo Berlin, Werner Schmidt, ­l’ancien président de la Bayerische Landesbank (Bayern LB) et Veit Sorger, le patron de la Fédération des industriels autrichiens, ont-ils pu toucher des millions lors de la vente de l’Hypo, alors que les contribuables autrichiens vont devoir en payer les frais ?

Wolfgang Kulterer, l’architecte de l’ascension sulfureuse de l’Hypo, sera lui aussi confronté à des questions désagréables. Le millionnaire s’est retiré dans un haras en Grande-Bretagne après avoir été condamné pour falsification d’écritures comptables. Mais on ira le chercher.



CASTING Les premiers rôles

Wolfgang Kulterer
Arrivé à la présidence du directoire en 1992, alors que la banque est en quasi-faillite, c’est lui qui relève l’Hypo et se fait le promoteur de son expansion en Europe de l’Est et du Sud-Est. Après des pertes dues à la spéculation – qui lui valent une condamnation –, il quitte ses fonctions en 2006. Selon les médias allemands, il aurait participé aux pourparlers secrets en vue de la vente de la banque à la Bayern LB dès janvier 2009.

Tilo Berlin
Devenu président du directoire de l’Hypo le 1er juin 2007, ce banquier allemand s’est entouré d’un groupe d’investisseurs (dont il tient les noms secrets) pour entrer dans le capital de la banque de Carinthie puis œuvrer à sa vente expéditive à la Bayern LB. Soupçonné de délit d’initié, il aurait engrangé quelque 150 millions d’euros.

Jörg Haider
Figure de proue de la droite populiste autrichienne (Parti libéral d’Autriche, FPÖ, puis Alliance pour l’avenir de l’Autriche, BZÖ), il a été gouverneur de Carinthie de 1999 jusqu’à sa mort accidentelle, en octobre 2008. Il aurait usé de son influence et de ses contacts dans les milieux nationalistes croates pour assurer l’expansion de l’Hypo dans les Balkans et financé ainsi sa politique de prestige dans la province.

Edmund Stoiber

Ministre-président de Bavière de 1993 à 2007, c’est sous sa tutelle que la Bayern LB rachète l’Hypo. On lui reproche d’avoir englouti 3,7 milliards d’euros dans l’affaire et d’avoir fait pression sur le directeur de la banque centrale de Croatie par l’entremise du Premier ministre croate Ivo Sanader pour acquérir l’Hypo.

Ivo Sanader
Successeur en 2000 du président Tudjman à la tête du parti conservateur HDZ, il est de 2003 à 2009 chef du gouvernement croate. Son rôle dans la privatisation du groupe pétrolier INA et dans le scandale de l’Hypo laisse planer des doutes sur son intégrité. Après sa démission surprise le 1er juillet 2009, son récent “putsch” avorté au sein du HDZ – qui lui vaut d’être exclu du parti – est interprété comme une ultime tentative d’entrave à la lutte contre la corruption en Croatie.

Milan Bandic
Ex-communiste, récemment exclu du Parti social-démocrate (SDP) pour dissidence, le populaire maire de Zagreb est soupçonné d’avoir trempé dans des affaires juteuses avec l’Hypo qui lui auraient valu d’empocher de solides commissions. Candidat à la présidence de Croatie, Bandic a dû s’incliner au second tour de l’élection du 10 janvier face au candidat officiel du SDP, Ivo Josipovic, incarnation de la lutte anticorruption en Croatie.


Dernière édition par larquin le Mar 3 Aoû - 12:49, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

les millions cachés de Jörg haider

Message par Invité le Mar 3 Aoû - 12:48

Le magazine autrichien Profil révèle dans son numéro daté du 2 août que l'ancien chef du parti d'extrême droite FPÖ et ancien gouverneur de Carinthie Jörg Haide aurait détenu jusqu'à près de 45 millions d'euros sur des comptes secrets au Liechtenstein. Décédé en octobre 2008 dans un accident de voiture, Jörg Haider aurait pu profiter personnellement de cette manne, d'après l'hebdomadaire. Le parquet de Klagenfurt s'intéresse particulièrement à des opérations immobilières menées en Croatie par la banque HGAA, dont la Carinthie était actionnaire jusqu'en 2007. Les enquêteurs cherchent à déterminer si Jörg Haider a perçu des commissions lors du rachat de biens et de terrains par la banque.

COURRIER INTERNATIONAL 2 aout 2010

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Jörge Haider

Message par Invité le Mar 3 Aoû - 12:59

Jörg Haider, né le 26 janvier 1950 à Bad Goisern (Haute-Autriche) et mort le 11 octobre 2008 à Klagenfurt (Carinthie), est un homme politique autrichien, membre dirigeant du Parti autrichien de la liberté (FPÖ) de 1977 à 2005 et président-fondateur de l'Alliance pour l'avenir de l'Autriche (BZÖ) de 2005 à 2008. Ces deux partis sont populistes et nationalistes, situés à l'extrême droite de l'échiquier politique autrichien. Haider a été Landeshauptmann (gouverneur) du land de Carinthie de 1989 à 1991, puis de 1999 jusqu'à sa mort.




Carrière politique


Fils d'un cordonnier, il fait des études de droit et entre en 1977 au Parti autrichien de la liberté (FPÖ), parti populiste et nationaliste qui fut membre de la coalition gouvernementale menée par le Parti social-démocrate d'Autriche (SPÖ) du chancelier Fred Sinowatz de 1983 à 1986. Haider devient le président du FPÖ en 1986 et le demeure jusqu'en 2000, année où il est remplacé à ce poste par Susanne Riess-Passer, Herbert Haupt et enfin Ursula Haubner (sa sœur).
Lorsqu'il prend la tête du FPÖ, celui-ci ne recueille que 250 000 voix lors des élections et n'est qu'un petit parti contestataire.
En 1989, Jorg Haïder se fait élire gouverneur de Carinthie mais doit renoncer à ce poste deux ans plus tard suite au scandale provoqué par son éloge de la politique de l'emploi du Troisième Reich.
En 1995, il qualifie la Waffen-SS de « partie de l'armée allemande à laquelle il faut rendre honneur ». Il fera par la suite plusieurs autres déclarations de même nature.
En 1999, il est de nouveau élu gouverneur de Carinthie, avec le soutien des conservateurs de l'ÖVP, puis réélu en 2004, avec le soutien des sociaux-démocrates du SPÖ.
Entre-temps, en 1999, son parti recueille 26,9 % des voix ce qui l'amène à négocier l'entrée du FPÖ au gouvernement formé par Wolfgang Schüssel, en 2000.
En avril 2005, il fait sécession du FPÖ et fonde l'Alliance pour l'avenir de l'Autriche (BZÖ) pour poursuivre la politique d'alliance avec le parti conservateur, ÖVP. Les six ministres ainsi que plusieurs députés du FPÖ rejoignent alors le nouveau parti. Mais lors des élections du 1er octobre 2006, le BZÖ obtient seulement 8 sièges avec 4,2 % des suffrages exprimés sur l'ensemble de l'Autriche, contre 11,2 % au FPÖ (21 sièges), avec qui les relations restent très tendues. Après la chute de la grande coalition SPÖ-ÖVP, les deux partis doublent leurs scores respectifs lors des élections législatives du 28 septembre 2008, la BZÖ obtenant 21 élus (contre 35 au FPÖ).
Décès


Jörg Haider en 2008



Haider meurt le 11 octobre 2008, dans un accident de voiture, au retour de la boîte de nuit "Le Cabaret" à Velden, à Lamblich, près de Klagenfurt, capitale de la Carinthie dont il était gouverneur depuis 1999. Selon le parquet, il roulait à 142 km/h à bord de sa voiture de fonction, une Volkswagen Phaeton, dans une zone limitée à 70 km/h lorsque l'accident s'est produit, avec une alcoolémie de 1,8 gramme, largement supérieure à la limite de 0,5 gramme autorisée en Autriche. Grièvement blessé à la tête et au thorax, il est mort peu après des suites de ses blessures.
Son décès provoque une émotion considérable en Autriche alors que Jörg Haider venait de se positionner comme un partenaire possible de la future coalition gouvernementale et se rapprocher du chef du FPÖ. Le président de la République, Heinz Fischer, parle de « tragédie humaine » et d'« un homme politique de grand talent », qui a su « susciter l'enthousiasme mais aussi de fermes critiques » alors que le chef des sociaux-démocrates et premier ministre potentiel, Werner Faymann, déplore la disparition d'un « homme politique d'exception » dont la disparition le touchait « profondément ». À droite, le vice-chancelier conservateur sortant, Wilhelm Molterer, se dit « profondément choqué » par la mort de Haider, soulignant son « profond respect » pour son courage politique tandis que Heinz-Christian Strache, à qui Jörg Haider avait été contraint en 2005 de céder la présidence du FPÖ, déplore la « perte d'un homme politique de premier plan». La disparition de Jörg Haider a donné lieu à l'émergence d'une théorie du complot selon laquelle il aurait été assassiné.
Les funérailles de Jörg Haider, retransmises en direct à la télévision publique, ont lieu le 18 octobre 2008 en présence de plus de 25 000 personnes, dont une grande partie de la classe politique du pays, comme le président de la république, Heinz Fischer, le chancelier social-démocrate Alfred Gusenbauer, le chef du parti social-démocrate Werner Faymann, ses homologues des autres partis et des présidents de régions. La cérémonie funèbre s'est conclue par l'hymne national et par un requiem.
Vie privée


Joerg Haider était marié et a eu deux filles.
Polémiques


Interrogé sur ses liens avec Jörg Haider, Stefan Petzner a déclaré : « notre relation allait plus loin qu'une simple amitié. Moi et Jörg étions liés par quelque chose de spécial. C'était la personne de ma vie [Lebensmensch].» Stefan Petzner était considéré comme étant le "fils spirituel" ou "adoptif" de Joerg Haider, mais aussi comme l'un de ses amants. L'expression "Lebensmensch" a fait depuis son entrée au dictionnaire Duden, en 2009.
En juillet 2010, un groupe d'enquêteurs autrichiens, suisses et allemands ont découvert qu'il avait accumuler 45 millions d'euros au Liechtenstein sur les comptes d'une douzaine de sociétés. Cinq millions d'euros sont encore sur ses comptes, le reste aurait été perdu dans des placements hasardeux.
Idéologie


Jörg Haider s'est fait connaître de l'Europe entière pour sa politique de défense nationale et contre les écoles slovènes et les panneaux routiers bilingues (la Carinthie dont il a été gouverneur abrite une importante minorité slovène). Il est également l'auteur de propos cherchant à minimiser les responsabilités de l'Autriche dans la traque des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale et de campagnes islamophobes et anti-immigrés. Suite à une de ses déclarations au Parlement de Carinthie :« Dans le Troisième Reich, ils ont fait une politique de l'emploi convenable, ce que n'arrive même pas à sortir votre gouvernement à Vienne » Suite à ces propos, Haider perd le poste de gouverneur du Land de Carinthie.
Il a attaqué le prix Nobel de littérature, Elfriede Jelinek, qualifiant son œuvre de « dégénérée[6] ». Il se liera aussi avec des responsables des régimes irakiens, sous Saddam Hussein, et libyens.
Mais aux yeux de nombreux Autrichiens, il apparaissait comme le défenseur du peuple contre les élites viennoises ou bruxelloises.
Le 7 mai 2007, dans les colonnes du quotidien populaire Österreich, celui-ci s’est qualifié de « modèle » pour le nouveau chef d’État français, Nicolas Sarkozy : « C’est une ironie de l’histoire que les Français élisent maintenant leur Jörg Haider, et une satisfaction que le « Napoléon de poche », Jacques Chirac, appartienne désormais au passé. »

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: credits pourris et corruption dans les balkans

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum