La Belgique nucléaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Belgique nucléaire

Message par 6clopes le Mer 25 Aoû - 13:37

22 communes susceptibles d’accueillir les déchets nucléaires belges
belga / lesoir.be mercredi 25 août 2010

L’Office National des Déchets Radioactifs et des matières Fissiles (ONDRAF) consulte jusqu’au 6 septembre la population belge par rapport à son projet de plan de gestion des déchets radioactifs. Toutefois, le type de stockage aurait déjà été choisi, et c’est parmi 22 communes campinoises que l’ONDRAF devrait faire son choix, selon un communiqué de Greenpeace.

L’ONDRAF souhaitait tenir compte de l’avis de la population notamment pour choisir le mode de stockage des déchets radioactifs. Mais sa préférence est d’ores et déjà portée sur la mise en dépôt géologique dans des couches d’argile de Boom, d’après Greenpeace.

Seules 22 communes situées en Campine, entre Essen et Lommel, conviendraient donc pour l’enfouissement, ajoute l’organisation. Ces communes ont été identifiées en tenant également compte de la profondeur (au moins 200 mètres) et de l’épaisseur (au moins 100 mètres) de leur couche argileuse.

Greenpeace a prévenu les communes concernées pour les inciter à exprimer leurs objections quant à ce plan. Selon l’organisation écologiste, le projet de l’ONDRAF ne prend pas assez en considération d’autres alternatives permettant un meilleur contrôle des déchets en attendant une solution pour les traiter, comme le stockage prolongé en surface.

Par la même occasion, Greenpeace rappelle que le problème doit être traité à la source par la fermeture des centrales nucléaires, principales productrices de déchets nucléaires.

(belga)


Dernière édition par 6clopes le Mer 25 Aoû - 13:43, édité 1 fois

6clopes

Messages : 1552
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Recherche nucléaire : à Mol, Guinevere ouvre la voie à Myrrha

Message par 6clopes le Mer 25 Aoû - 13:43

Jeudi 4 mars 2010
Le Centre belge d’étude de l’Energie nucléaire (CEN) a inauguré jeudi à Mol (Anvers) un réacteur d’essai à faible puissance appelé à soutenir le projet Myrrha pour l’incinération de déchets nucléaires. Ce réacteur, appelé Guinevere, est le modèle à puissance réduite du premier démonstrateur mondial de systèmes pilotés par accélérateurs dédié à l’incinération des déchets nucléaires, Myrrha. “Unique au monde dans le domaine des sciences nucléaires”, selon le CEN, Myrrha vise à relever trois défis pour les 40 prochaines années: le traitement des déchets nucléaires, l’approvisionnement continu en radio-isotopes à usage médical et la disponibilité industrielle de silicium dopé, un composant essentiel des circuits électroniques dans les applications d’énergies renouvelables et les voitures hybrides.

6clopes

Messages : 1552
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Accord pour poursuivre le nucléaire

Message par 6clopes le Mer 25 Aoû - 13:44

(Belga) Lundi 12 octobre 2009
Le Comité ministériel restreint est arrivé lundi à un accord sur le dossier nucléaire, a annoncé le ministre de l’Energie Paul Magnette. Selon cet accord, on reporte de 10 ans la première phase de sortie du nucléaire. La contribution des producteurs au budget : jusqu’à 245 millions d’euros par an.
Par ailleurs, le ministre a signalé que la contribution des producteurs au budget de l’Etat s’établira entre 215 et 245 millions d’euros par an, pour les années allant de 2010 à 2014 inclus, en fonction de l’évolution des paramètres de coût et de prix, et des estimations arrêtées à ce jour.
Le gouvernement, a dit le ministre, a décidé de reporter de 10 ans la première phase de sortie du nucléaire. Il veillera au respect absolu des conditions de sécurité, sous la supervision de l’Agence fédérale de contrôle nucléaire.
Un Comité de suivi, structurel et permanent, composé de représentants du gouvernement, des producteurs concernés et des partenaires sociaux, ainsi que de représentants de la Banque nationale sera mis en place.
Ce Comité aura pour mission d’évaluer chaque année, jusqu’à la sortie totale du nucléaire, l’évolution des coûts de production de l’énergie nucléaire et des prix de marché. Il proposera au gouvernement un montant de contribution annuelle tenant compte de ces paramètres et du respect des engagements pris par les producteurs.
Le Comité sera également chargé de vérifier annuellement que les prix pratiqués par tous les opérateurs pour les ménages ne dépassent en aucun cas la moyenne des prix en vigueur dans les pays voisins, et de présenter un rapport spécial au ministre de l’Energie sur ce suivi.
La contribution des producteurs au budget de l’Etat s’établira entre 215 et 245 millions d’euros par an, pour les années allant de 2010 à 2014 inclus, en fonction de l’évolution des paramètres de coût et de prix, et des estimations arrêtées à ce jour.
Pour les années suivantes et jusqu’à la sortie totale du nucléaire, le Comité de suivi continuera à évaluer la réalisation des engagements pris par les producteurs concernés, et établira chaque année le montant des contributions au budget de l’Etat en fonction de l’évolution des coûts de production et des prix de marché.
Cette décision s’accompagnera de la conclusion d’accords avec les Régions visant à établir un plan ambitieux et volontariste d’efficacité énergétique et de développement des énergies renouvelables. Ce plan fixera des objectifs chiffrés nous permettant d’atteindre nos engagements européens à l’horizon 2020, et ceux-ci feront l’objet d’évaluations annuelles, a précisé le ministre.
Outre le respect des engagements de contribution susmentionnés, les négociations menées avec le secteur ont d’ores et déjà conduit le groupe GDF Suez et la société Electrabel à prendre les engagements, qui seront finalisés dans le cadre de la poursuite de ses activités et de son développement en Belgique.
Selon cet engagement, un montant d’au moins 500 millions d’euros sera engagé dès 2010 afin de financer les investissements dans les énergies renouvelables et la réduction de la consommation d’énergie. Le groupe GDF Suez s’engage à maintenir en Belgique un haut niveau d’activités avec 13.000 emplois actuels dans le secteur des économies d’énergie et du recyclage des déchets. Il s’engage par ailleurs à recruter d’ici 2015 plus de 10.000 personnes, et à développer, en collaboration avec le gouvernement fédéral et les entités fédérées, un programme de formation professionnelle dans ses métiers, visant à aboutir à un niveau permanent de 500 postes de formation en alternance.
Toujours selon cet engagement, un tiers des investissements de recherche et développement d’Electrabel sera spécifiquement affecté au processus de capture du carbone et aux technologies les plus actuelles en matière d’efficacité énergétique pour l’industrie et les particuliers, et le groupe GDF Suez réalisera des investissements à hauteur de 5 millions d’euros chaque année dans les programmes de recherche belges consacrés au traitement et à la gestion des déchets nucléaires et à la sécurité de l’exploitation.
Le groupe GDF Suez s’engage aussi à maintenir en Belgique les sièges de ses responsabilités des activités « Energie Europe et International » et « Tractebel Engineering ».
Le communiqué du ministre Magnette conclut en disant que les opérations d’acquisition en cours ne permettent pas aux autres opérateurs de prendre dès maintenant des engagements équivalents mais les contacts entretenus avec eux confirment également l’intérêt à poursuivre les investissements en Belgique. Ces engagements seront précisés au cours des prochains mois.

6clopes

Messages : 1552
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Belgique nucléaire

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum