Nos amis musulmans enfin soulagés: dorénavant les médicaments seront égorgés la tête en direction de la Mecque selon le rituel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nos amis musulmans enfin soulagés: dorénavant les médicaments seront égorgés la tête en direction de la Mecque selon le rituel

Message par 6clopes le Ven 27 Aoû - 17:12

Médicament halal: La certification halal, un repère pour la communauté musulmane, ne cesse de s’étendre hors du champ de l’alimentation. Le 1 er forum mondial halal organisé en Europe, les 17 e 18 novembre prochains à La Haye (Pays-Bas), se penchera par exemple sur les enjeux du marché des médicaments halal. Ce logo est également utilisé par plusieurs marques de cosmétiques, y compris en France. Il reste encore à définir des règles communes pour une norme halal internationale.

6clopes

Messages : 1552
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le personnel des prisons sera formé à l’halal

Message par 6clopes le Ven 27 Aoû - 17:15

Belga / jeudi 26 août 2010

Le Service public fédéral Justice devrait lancer bientôt un projet pilote pour former le personnel des prisons à la problématique du halal. Il arrive par exemple que des détenus refusent un médicament sous prétexte qu’il contient de la graisse animale ou qu’il n’est pas halal.

Il arrive par exemple, note La Libre Belgique, que des détenus refusent un médicament sous prétexte qu’il contient de la graisse animale ou qu’il n’est pas halal. D’où l’intérêt de formations qui seraient, dans un premier temps, organisées à l’intention du personnel soignant notamment les médecins, les infirmiers et les kinésithérapeutes. Et elles pourraient être étendues aux gardiens de prison et aux cuisiniers.

Pour ce faire, le SPF Justice a fait appel à deux spécialistes, le Belge Bruno Bernard et la Française Florence Bergeaud-Blackler qui viennent de sortir ensemble un guide intitulé « Comprendre le halal ».

Dans un premier temps, c’est le personnel soignant de deux prisons francophones, celles d’Andenne et d’Ittre, qui prendront part aux séances.

6clopes

Messages : 1552
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos amis musulmans enfin soulagés: dorénavant les médicaments seront égorgés la tête en direction de la Mecque selon le rituel

Message par 6clopes le Ven 27 Aoû - 17:23

Allez hop ! Un petit kasher d'aspirine pour faire passer la pilule...

6clopes

Messages : 1552
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos amis musulmans enfin soulagés: dorénavant les médicaments seront égorgés la tête en direction de la Mecque selon le rituel

Message par 6clopes le Ven 27 Aoû - 17:25

Surtout que le gouvernement flamand ? belge ? wallon ? rédimé ? bruxellois ? Alostois ? du hall de monsieur Vanden Burne ? ...on ne sait plus bien en Belgique... veut cesser le remboursement de certains médicaments... ça la fout mal ou devrais-je dire 'S allah F'uhmal ! histoire de se fondre dans le paysage...

6clopes

Messages : 1552
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos amis musulmans enfin soulagés: dorénavant les médicaments seront égorgés la tête en direction de la Mecque selon le rituel

Message par grand lug le Ven 27 Aoû - 18:24

MORT DE RIRE comme 1 COCHON AVANT LE SOURIRE KHABILE !!!!!

grand lug

Messages : 748
Date d'inscription : 25/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

La "sécu" pénalisée par le ramadan et la problématique du halal

Message par 6clopes le Ven 27 Aoû - 20:08

lalibre.be 26/08/2010

Ph. Law.
Des patients refusent de se nourrir durant le jeûne. Conséquence : la dénutrition qui coûte des millions d’euros à la sécu.
Il n’y a pas que les prisons qui sont touchées par la problématique du halal et le ramadan. Les hôpitaux sont aussi concernés. "Les prescriptions religieuses sont très suivies également dans les hôpitaux. Certains patients, notamment les plus âgés, refusent totalement l’idée de ne pas faire le ramadan. Ils disent qu’ils sont à l’article de la mort et qu’ils ont peur de se retrouver devant leur Dieu en n’ayant pas respecté le jeûne. Les menus avec porc sont systématiquement rejetés. Les menus avec viande sont très majoritairement refusés. Les menus suspects de contenir des produits carnés ou alcoolisés sont évités. L’éventualité de la présence d’éléments d’animaux interdits (gélatine ou insuline de porc ) pousse parfois certains patients à ne pas prendre leurs médicaments s’ils n’ont pas la certitude que les produits sont licites", nous a confié la Française Florence Bergeaud-Blackler, docteur en sociologie et chercheur associée à l’Institut d’étude et de recherche sur le monde arabe et musulman (CNRS). Elle est l’un des deux experts qui vont animer les séances de formation dans les prisons francophones belges.
D’après elle, cette situation a évidemment un impact sur l’évolution de la santé des patients concernés dont les patients âgés, les femmes allaitantes et des personnes atteintes de maladies chroniques (diabétiques, hypertendus, asthmatiques, épileptiques, etc.). "Les accidents ne sont pas rares. Un médecin diabétologue parisien a ainsi relevé des décompensations diabétiques deux à trois fois plus fréquentes, entraînant des hospitalisations en urgence, pendant cette période", dit-elle.
D’après elle, le jeûne ou l’exclusion des aliments non halal peuvent conduire à des formes de dénutrition chez des personnes fragiles. Et selon les résultats d’une étude du "British Journal of Nutrition", un patient dénutri a ainsi cinq fois plus de risques de contracter une maladie nosocomiale. "Les patients dénutris présentent un risque accru d’anémie, asthénie, fonte musculaire, altération du système immunitaire qui multiplie les risques d’infections. Les risques les plus sérieux sont les infections du sang comme les pneumonies et les septicémies qui peuvent conduire à un nombre important de décès prématurés", souligne Florence Bergeaud-Blackler, rappelant une étude belge sur les coûts économiques engendrés par les patients dénutris. "Les coûts directs de la dénutrition en institution de soins de santé proviennent principalement de l’allongement du séjour dû à une fragilisation du patient, à sa moins bonne capacité de rétablissement, ou bien à la nécessité d’ajouter des soins consécutifs à la survenue de maladie induite par le séjour hospitalier (exemple des maladies nosocomiales). Un rapport de la Société belge de nutrition clinique estimait à 400 millions d’euros par an c’est-à-dire 7 % du budget hospitalier annuel les coûts directs supplémentaires de la dénutrition". Sans oublier qu’aux coûts directs de l’augmentation du séjour, il convient d’additionner ceux, indirects, supportés par la famille du patient (déplacement, aides familiales, baisse des revenus), mais aussi par la collectivité (absentéisme, remplacement du travailleur et donc baisse de la productivité).
Selon nos informations, le CHU de Liège a commandé un exemplaire du livre "Comprendre le halal". "Nous n’achetons pas de produits halal, mais il faut dire que nous n’avons jamais été sollicités pour de la nourriture halal. Toutefois, nos patients musulmans ont un régime sans porc", nous a expliqué Jean Codognotto, responsable des achats du CHU de Liège. L’hôpital de la Citadelle en région liégeoise également indique que ses patients ont un plateau personnalisé et que les repas sont élaborés sous la supervision du service diététique.

6clopes

Messages : 1552
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Nourriture halal : un racisme qui ne dit pas son nom

Message par 6clopes le Ven 27 Aoû - 20:19

Tiré du site athéisme.org, un article bien tourné et qui va droit au but. On regrettera cependant l’utilisation du mot “racisme”, qui a été tellement dévoyé depuis des décennies, qu’il en a perdu tout sens et pratiquement toute valeur.

L’astuce de présenter les interdits alimentaires comme une émanation d’une volonté supérieure est observée aussi bien dans l’Ancien Testament que dans le Coran.

Affirmer plus franchement que ces prescriptions ont pour seule finalité l’enfermement du croyant dans une norme culpabilisante où, à chaque instant, celui-ci craint l’égarement, aurait vu la diffusion des sectes monothéistes beaucoup moins couronnée de succès.

Le judaïsme a réalisé un travail pesant dans la distinction entre le licite et l’illicite dans le Pentateuque et l’islam se contentera d’en reprendre une bonne partie.

Mille quatre cents ans après l’invention de l’islam par un chamelier analphabète reconverti en chef de bande, les phobies alimentaires demeurent toujours extrêmement prégnantes dans le monde musulman.

L’obsession du halal devient même une mode aux allures revendicatrices chez de nombreux jeunes musulmans : exécrer le porc devient un symbole de vertu alors que n’importe quel bon vivant non frustré par une religion castratrice s’égaillera à l’idée que “dans le cochon tout est bon“.

Quel consommateur non halal ne s’est jamais senti insulté ou méprisé quand un obsédé du halal affiche son dégoût du porc ? Lorsqu’un fanatique des interdits coraniques demande, inquisiteur, la composition précise du met qui lui est aimablement proposée, comment ne pas être vexé par cette suspicion qui se porte aussi sur celui qui offre ?

Spécificité culturelle ou progression rampante d’une idéologie de rejet ?
Ce que les pleutres acceptent comme une prétendue spécificité culturelle (la véritable culture n’enferme pas l’individu) est en fait la progression rampante d’une idéologie de rejet de la différence.

Récemment, une campagne d’affichage d’Isla Délice pour la promotion des produits halal montre divers animaux clamant qu’ils sont “fièrement halal“. Quand on sait que ces bestioles finiront égorgées par un mystique persuadé qu’Allah tient son couteau, on mesure mieux le caractère provocateur de cette campagne dont le slogan décrypté serait plutôt : “le halal est l’étendard de l’islam“.

Ce qui, incidemment, montre aussi que les amateurs de halal sont encore loin d’avoir pris conscience de la nature barbare et archaïque du rituel imposé.

Le concept de nourriture halal ne se limite pas à la distinction, qu’on pourrait juger anecdotique ou simplement gastronomique, entre les aliments autorisés et ceux interdits. Opposer le halal au haram relève de la même phobie de l’altérité qui a poussé l’islam à scinder le monde en deux parts, le monde de l’islam et le monde de la guerre. C’est l’un ou l’autre, sans zone alternative où les non musulmans pourraient vivre en paix.

L’obsession de la nourriture halal est celle du pur face à l’impur, du fidèle face à l’infidèle, de l’élu face au mécréant. La dichotomie du “comme moi ou différent de moi” est en fait celle du “avec moi ou contre moi” qui constitue un très efficace facteur de haine et de guerre. L’obsession de la nourriture halal est celle du pur face à l’impur, du fidèle face à l’infidèle, de l’élu face au mécréant.

Dans le verbiage islamique qui se repaît de nourriture “autorisée“, le non musulman est à l’image des mets qu’il consomme : un impur. On sait, depuis la Bible, que l’impureté se transmet par contact : le texte assène que, lors des règles, l’impureté de la femme dure une semaine et se transmet à quiconque la touche ainsi qu’au lit ou au siège qu’elle utilise et à tous ceux qui touchent ce lit ou ce siège (Lévitique, 15.19-30).

Comme l’islam se réclame du mythe abrahamique, la sentence vaut donc aussi pour lui : on comprend bien que quiconque aura ingéré un aliment déclaré impur sera, physiquement, lui aussi affecté par la souillure.

Une saucisse de Toulouse accompagnée par un Cahors, quelques huîtres non égorgées en direction de La Mecque aux côtés d’un Jurançon ou le foie gras d’un canard tué sans l’invocation d’Allah et c’est l’assurance d’être relégué dans l’infamant statut des koufar face aux pieux croyants, immaculés et purs par la seule vertu de leur nourriture.

Personne d’autre que ces derniers ne montre autant d’empressement à examiner la liste complète des ingrédients d’un yaourt aux fraises pour s’assurer que n’y figure aucun émulsifiant d’origine animale, aucun colorant à base de cochenille, aucune gelée de porc, aucun alcool.

L’infidèle qui n’a que faire des phobies alimentaires musulmanes n’est qu’un sous-individu que le Coran sait accabler dans d’innombrables versets de haine et de mépris. L’infidèle qui n’a que faire des phobies alimentaires musulmanes n’est qu’un sous-individu que le Coran sait accabler dans d’innombrables versets de haine et de mépris.

Et scinder l’humanité entre des individus purs et supérieurs et d’autres impurs et inférieurs a un nom : le racisme.

Source: atheisme.org

6clopes

Messages : 1552
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Selon la Fédération halal belge, 60% des produits halal sur le marché sont impurs

Message par 6clopes le Ven 27 Aoû - 20:20

Selon la Fédération halal belge, 60% des produits halal sur le marché sont impurs

«La majeure partie du marché halal européen est manipulée par des crapules qui agissent dans leur propre intérêt », a dit Farid El Machaoud, président de la fédération, à De Morgen.

Selon El Machaoud, vous pouvez obtenir un «tampon halal» sans une inspection approfondie, ou il peut être acheté en France. Et souvent, ce tampon n’est pas en règle et les gens qui signent les certificats ne sont pas qualifiés, n’étant pas musulmans.

L’Association européenne des certificateurs halal a été créée à Bruxelles le 24 février afin de lutter contre l’augmentation importante des produits mal étiquetés.

6clopes

Messages : 1552
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Bientôt des hôtels “halal” à Bruxelles

Message par 6clopes le Ven 27 Aoû - 20:22

Source - 03 aout 2008

Les hôtels de la capitale qui le souhaitent pourront obtenir dès 2011, un certificat halal auprès de la chambre de commerce bruxelloise.

Pour cela, il faudra remplir certaines conditions comme prévoir des chambres sans programmes télé “pour adultes”, alors que le minibar ne pourra contenir de produits à base de porc. Par ailleurs, un Coran devra être mis à disposition ainsi qu’un tapis de prière, avec indication claire de la direction de la Mecque.

“Dans un premier temps, nous travaillerons par étage. Mais nous n’excluons pas la possibilité, plus tard, d’un ‘tout halal’ pour certains hôtels avec, notamment, des piscines séparées”, explique Bruno Bernard, consultant pour Beci (Brussels entreprises commerce and industry).

Pour obtenir un tel certificat, les hôtels devront aussi s’engager à ne pas admettre de prostituées sous leurs toits.

D’après l’enquête menée par La Libre, sur six chaînes hotelières contactées, une seule - le Radisson Blu Royal Hotel - semble montrer un intérêt pour ce type de chambres.

6clopes

Messages : 1552
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos amis musulmans enfin soulagés: dorénavant les médicaments seront égorgés la tête en direction de la Mecque selon le rituel

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum