La Stidda

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Stidda

Message par 6clopes le Ven 12 Fév - 17:17

source: http://www.bancpublic.be/

La Stidda ( « l'étoile » ) est originaire de la région d'Agrigente en Sicile une ramification existant désormais aussi à Caltanissetta ; certains la rendent responsable de l'assassinat du juge Rosario Livatino. (1). Le premier homme à parler à son sujet était Francisco Marino Mannoia en 1989 et plus tard en 1992, Leonardo Messine, deux membres de La Cosa Nostra. Tous les deux ont déclaré que la La Stidda avait été formée par d'anciens membres exclus de la Cosa Nostra parce qu'ils n'avaient pas voulu suivre des ordres du dictateur Toto Riina, le dernier grand Capo. La Stidda n'est pas une organisation serrée comme La Cosa Nostra. Il y a beaucoup de clans qui fonctionnent seuls, et d'autres qui fonctionnent ensemble. Ce qu'ils ont en commun sont les règles, les rituels et un tatouage sur leurs mains. (2)

La rigidité des structures hiérarchiques (rapports fixes et personnalisés) a été un obstacle fort à la capacité de la Cosa Nostra traditionnelle de régir les processus de changement. Conséquences de tout cela, on va assister, entre 1985 et 1986, dans les parties méridionales de la Sicile, en particulier dans la province d'Agrigente, à la naissance d'une nouvelle organisation criminelle, en contrepoint à la Cosa Nostra : la Stidda, qui constituera un agrégat de groupes criminels refusant les figures charismatiques. Le sentiment que quelque chose de nouveau se produit dans le panorama criminel sicilien se répandra, parmi les forces de l'ordre et le magistrature vers la fin des années quatre-vingts. Une série de groupes qui gravitent autour de 'organisation principale pour former une constellation: voilà la raison de son appellation " étoile".

Beaucoup moins bien connue que la Cosa Nostra, mais certainement pas moins dangereuse (3), la Stidda, va se positionner en Sicile comme alternative à la Cosa Nostra. Sa capitale est Gela. La Stidda n'est pas historiquement née dans un contexte social de besoin et de pauvreté, mais dans celui du décollage économique tumultueux où la croissance économique n'a pas été régulée. La Stidda n'a pas été soutenue dans les secteurs marginaux, mais juste par ceux qui ont donné la vie au phénomène "stiddaro". La Sicile est alors l'endroit par excellence de la désintégration sociale, caractérisée par une immigration forte, le déracinement général et le manque d'équilibre dû au développement du secteur pétrochimique dans un territoire traditionnellement paysan. A la crise de la pétrochimie et à tous les problèmes dérivant de l'urbanisation rapide, vont alors s'ajouter le chômage et la désindustrialisation, des phénomènes sérieux et dangereux de dissolution sociale se développant. La Stidda sera soutenue dans ce contexte, par des bandes marginales pour acquérir les modalités et le prestige de la Cosa Nostra, l'organisation historique, donnant une chance (illusoire, selon d'aucuns) d'émancipation sociale. Dans ce contexte, les membres du Stidda, généralement les hommes qui ont été expulsés ou jetés par Cosa Nostra, vont accumuler un consensus autour d'eux-mêmes faisant passer le message que tout le monde peut devenir "homme d'honneur," et devenir ainsi "quelqu'un qui compte". Le modèle demeure la mafia, mais en plus accessible. La Stidda a une plus grande incidence sociale sur les personnes faibles des bandes, où elle recrute. Ses critères moins durs du point de vue des ressources humaines constitueront sa force, mais également sa faiblesse.

Organisation

Elle ne dispose pas d'organisation centralisée mais se présente davantage comme une " fédération " d'organisations très locales. On ne sait même pas qui sont les chefs de l'association Les membres de la Stidda sont désignés " Stiddari "ou " Stiddaroli " selon les régions, et se reconnaissent au moyen d'un tatouage composé de cinq points placés en cercle, entre le pouce et l'index. La Stidda rassemble des groupes de criminels locaux jusqu'alors en marge de la Cosa Nostra, formant un phénomène criminel hétérogène. Mais ne pouvant compter sur une structure unitaire, la Stidda n' est pas en position de concurrencer les grandes Mafias sur le marché du grand crime organisé, ni de traiter avec le monde politique ou économique au delà du local. Ce qui explique que la Stidda a occupé des champs traditionnellement négligés par la Cosa Nostra ,comme la prostitution et les jeux de hasard. Dans les moments de crise, la cohésion du groupe montrera toute sa fragilité, même si, à partir de 1991, on constate l'existence de groupes stables et durables. L'élément le plus intéressant qui émergerait actuellement serait la tendance de l'organisation à la mutation des règles et de la structure. Tous les groupes seraient en train de se structurer autour d'une figure de tête. Un principe d'assistance mutuel aurait été affirmé, des systèmes communs de fonctionnement et des alliances militaires auraient été développés.

Cette organisation serait une force en expansion discrète. Au delà de aux centres originaux elle a planté ses racines à la paume de Montechiaro, de Victoria et de Niscemi. Elle n'a pas d'ailleurs négligé le fait que des groupes semblables sont nés à Catane et à Messine.

Son espace territorial s'étend de la province de Raguse, en passant par Agrigente et Caltanissetta ; avant la Stidda, certaines villes n'avaient jamais connu le phénomène mafieux, comme Victoria, dans la province de Raguse. L'organisation de nombreux groupes a évolué quantitativement et qualitativement ces dernières années à partir de la "Stidda" dans une structure rappelant une sorte de confédération qui aurait des barrières territoriales et opèrant collégialement pour renforcer les potentiels respectifs. Dans la province d'Agrigente, on a constaté l'existence d'une trame associative unitaire et compacte qui relie entre eux les différents groupuscules, dépassant chaque limite territoriale, et dictant à tous des conditions communes. C'est dans cet optique que la Stidda a encadré l' homicide du maréchal des officiers de police Giuliano Guazzelli, qui investiguait efficacement sur les activités des stiddari. On leur prête aussi l'homicide du juge Livatino Rosary.

L'action criminelle de la"Stidda" n'est pas limitée au secteur sicilien, puisqu'elle aurait des ramifications dans quelques villes Allemandes, notamment, où elle oeuvrerait à des activités illicites allant du trafic de stupéfiants aux jeux en passant par les hold-ups et la contrefaçon. A la fin des années 1980, le BND estimait que près de 500 siciliens soupçonnés d'appartenance à la Mafia s'étaient installés sur le territoire allemand, ouvrant des dizaines de commerces, principalement des restaurants et des hôtels, servant à la fois au commerce de stupéfiants et à son blanchiment. D'autres pays européens ont également vu se développer des formes de criminalité mafieuse, reliées à certaines familles siciliennes. En Belgique, la présence d'une forte diaspora sicilienne s'est traduite par l'implantation durable de familles originaires des provinces occidentales de la Sicile, liées pour la plupart à la Stidda.

Rapports avec la Cosa Nostra

C'est par l'extorsion que Stidda crée la plupart des problèmes pour la Cosa Nostra. La Cosa Nostra emploie la force militaire le moins possible, et essaye de ne pas mettre en scène des événements de type sensationnel, afin d'établir un équilibre conçu pour mener l'état et le public dans son ensemble à laisser tomber sa garde et à entretenir la croyance que la Mafia est finie depuis la défaite du Corleonesi. En gérant ses activités dans la paix, et en stimulant un climat de la normalisation certaines mesures exceptionnelles (législation, investigations, prisons etc..) ne semblent plus indispensables. (4)Pour la mafia traditionnelle, il ne faut pas que la victime de l'extorsion soit détruite, parce que si la victime ferme le magasin, ou se sauve, l'organisation enregistre une perte; pour les hommes de Stidda, qui se sont également écartés à Palma di Montechiaro, Vittoria, et Niscemi, il n'y aurait aucune limite à la destruction.

La Cosa Nostra a été submergée par la Stidda dans la province de Caltanissetta où elles se combattent parfois frontalement, alors qu'à Catane, à Messine, et Siracusa il y a une coexistence relativement paisible, avec des formes de coopération et, dans certains cas, de coordination. Une autre raison de s'inquiéter, selon les observateurs, une alliance plus structurelle entre Stidda et la Cosa Nostra pouvant changer toute la donne du phénomène mafieux.

Activités

La Stidda ne s'est pas limitée à contrôler les activités traditionnelles : de la vente des articles illégaux ou contrefaits aux racket : elle organise aussi des bandes des voleurs ( vol divers, vols de voiture), confirmant donc des capacités à imposer l'hégémonie criminelle dans les secteurs dans lesquels les conditions économiques sont plus favorables. Au nord mais également en Sicile du sud-est, où la croissance économique est plus forte. Elle est plus présente dans ces secteurs que la Cosa Nostra. Les groupes locaux s'étirent de plus en plus en groupes organisés. Des connexions ont été établies entre la Mafia Albanaise et la Stidda dans la province gelese de Caltanissetta Des surveillances ont montré un trafic international de cocaïne, marijuana et haschish et que de la « marchandise Albanaise » arrive dans le territoire italien. Chaque groupe albanais agit en Italie en compagnie d'une seconde organisation, par secteur géographique, se coordonnant pour le contrôle d'un segment déterminé de marché, pour l'approvisionnement et la redistribution de stupéfiants. Entre 1990 et 1994 , les carabinieri ont confisqué cinq tonnes de haschish en provenance du Maroc, 2550 kg de cocaïne Les rapports entre les stiddaris et les criminels albanais actifs dans les domaines de la prostitution et le trafic de drogue (marjiuana) dans la zone de Raguse ont été également démontrés. Pour beaucoup d'observateurs, la Stidda est l'organisation la plus active en matière de stupéfiants sur le territoire Sicilien. (6)

L'intérieur du pays Sicilien a aussi enregistré en 1995 nombre de feux frauduleux entraînant des dommages économiques important dans le secteur agricole, feux qui pourraient avoir pour origine des actions du faisceau intéressés par les nouvelles ressources économiques dans la le marché des fleurs. Un autre champ de financement est celui de la contrebande, les côtes du fond ionien (Siracusa et Raguse) constituant des endroits tout à fait appropriés afin d'effectuer le débarquement de marchandises diverses ou de clandestins. Le trafic d'êtres humains est par ailleurs une activité de la Stidda. Le phénomène de débarquement d'immigrés clandestins a été intensifié sur les côtes du ragusano et de la province proche de Siracusa. C'est que les côtes constituent des bases de passage pour l'Europe du nord pour les immigrés Nord-Africains et Pakistanais. Les organismes criminels, en utilisant Malte comme base de soutien, fournissent des vedettes à moteur puissantes capables d'accomplir la traversée du canal de Sicile en moins d'une heure. En témoigne la prise de 24 immigrés et la découverte de cadavres de Maghrébins, probablement du même groupe, sur le côtes de Modica et sur les plages de Sicile en mai 2000. (7)

Frank FURET


Dernière édition par 6clopes le Ven 12 Fév - 20:11, édité 1 fois

6clopes

Messages : 1552
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Stidda

Message par grand lug le Ven 12 Fév - 19:41

Le bar /cafe :la STIDDA ,existait et existe sans doute encore a LIEGE ,gargote,tenue par des joueurs de guitares italiens .Endroit ou Alain Vanderbist allait s abreuver ,et dire lorsquil etait saoul des tas de conneries !,qui ont eu malheureusement de graves consequences .

grand lug

Messages : 748
Date d'inscription : 25/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Stidda

Message par 6clopes le Ven 12 Fév - 19:56

Oufti une histoire qui en rappelle une autre. Cela me rappelle l'histoire ou feu Alain Vanderbiest avait été retrouvé inconscient dans un sale état a coté de sa voiture , rue des français, à Ans. C'était lors de l'enquete sur l'affaire Cools. Non officiellement, il avait été passé à tabac avec des objets métalliques (genre clé a mollette)... Officiellement, selon l'intéressé lui-même, il avait trébuché dans un café de la même rue et était tombé tête la première sur un clenche de porte (hum, hum). Il est certain qu'au travers son "patron", Léon-François Deferm, Guy Mathot, tout comme Guy Spitaels, avaient des liens, indirects mais bien réels quand même, avec la mafia (la vraie, pas seulement la mafia PS).

6clopes

Messages : 1552
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Stidda

Message par grand lug le Ven 12 Fév - 22:15

ALain sortait du STIDDA et ton objet metallique avait + la forme d'un 7/65mm

grand lug

Messages : 748
Date d'inscription : 25/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Stidda

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum